Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie Ministère délégué à l'Industrie


La presse, les médias, les éditeurs de journaux et magazines (papier, radio ou TV)



Download 4.87 Mb.
Page19/76
Date07.08.2017
Size4.87 Mb.
1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   ...   76

3.2.1.2La presse, les médias, les éditeurs de journaux et magazines (papier, radio ou TV)


A partir de 2000 nous n'avons trouvé aucun organe de presse (journal, radio, télévision) qui n'ait une activité Internet (ou tout du moins un projet annoncé) et souvent les développements dans ce domaine sont présentés comme le cœur de la stratégie (Reuter, Pearson, Reed Elsevier, Thomson Corp,…) ….et une floraison de nouveaux titres liés à la Net-économie sont apparus

En 2001 consulter un journal sur Internet commence à devenir un réflexe courrant : le Site du Monde par exemple a reçu 3,2 millions de visites en juillet 2001, soit le double de l'année précédente avec un nouveau doublement en 2002 : 7,98 millions de connexions d'une durée moyenne de 10minutes (étude Cybermétrie www.mediametrie.fr) et les Echos 3,1 millions www.journaldunet.com/tops/top_cybermetrie.shtml



Reed Elsevier qui ne réalisait que 18M$ de CA sur Internet a annoncé en 2000 sa décision d'y investir 1,2Millards de dollars et le groupe Pearson 400M$. Thomson Corp a mis en vente ses 54 titres de presse pour se recentrer sur le Net

Internet est en même temps un concurrent (en tant que média) et une opportunité de développement pour une industrie de production de rédactionnel. Concernant le premier point l'enquête réalisée en 2000 par l'Association Mondiale des Journaux montre que la Télé a plus souffert que la presse écrite : les premiers au classement mondial du taux de pénétration de la presse écrite (Norvège, Finlande, Suède) sont les mêmes que pour Internet (la France occupe le 28ème rang).

Dans un quotidien comme Les Echos l'expérience a même montré que la principale source d'abonnement au journal papier était … le site lesechos.fr!

Dans les années 1998-1999 l'une comme l'autre ont fortement profité de l'explosion des investissements publicitaires des entreprises "Internet": le ralentissement de ce secteur provoque de significatives difficulté pour les organes de presse qui avaient bati leur stratégie trop fortement sur ce type de revenus

Le risque est cependant de croire qu'il serait possible d'utiliser Internet sans repenser profondément le métier afin d'être en mesure de répondre aux attentes des clients actuels (ou futurs) et des annonceurs potentiels ainsi que de trouver le modèle économique pertinent.

"Aujourd'hui la rubrique la plus visitée de TF1 est…la caméra qui depuis le toit permet de voir la circulation sur le boulevard périphérique!" déclarait en 1999 Louis Rougier de Médiangle www.mediangles.fr )

depuis les émissions de "tele-réalité" par exemple ont mieux misé sur l'interactivité et la personnalisation avec de nouveaux modèles économiques

Ils devront créer, à partir de leurs compétences (fonds documentaires, capacité de synthèse, branchement sur l'événement,...) des produits totalement nouveaux.

Cela a conduit certains, comme le Monde à filialiser l'activité (Le Monde Interactif dirigé par Alain Giraudo et animé par Michel Colonna d'Istria) pour les protéger des pesanteurs culturelles de la maison mère et permettre d'accueillir des partenaires au capital.

Les DNA, comme la plupart des titres de la PQR (Presse Quotidienne Régionale), avaient déjà franchi le pas depuis longtemps pour le minitel (SdV Plurimédia, ce qui explique peut-être qu'ils furent les premiers de la PQR à se lancer en 1995)



Il serait par exemple tout à fait absurde de mettre simplement le journal papier, tel quel, sur le Web (ce qui serait du "shovelware") tout en facturant le prix d'un exemplaire sous prétexte que l'on perd peut-être un lecteur

Les journaux américains l'ont bien compris en se regroupant pour créer des concepts totalement nouveaux voir le site de la "newspaper association of America" www.naa.org



  • journal spécialement créé pour chaque client en fonction de ses centres d'intérêt à partir des dizaines de milliers d'articles produits chaque jour par une centaine de quotidiens

le Monde www.lemonde.fr , 4 millions de pages vue par mois et Ouest-France www.France-ouest.com envisagent de suivre cette voie avec le projet ETEL mené par Christian Philibert)

Cette approche permet en outre de constituer des fichiers de clients facilement valorisables car l'éditeur connaît leurs préoccupations (et nous verrons plus loin l'importance de tels fichiers dans l'économie du Net ainsi que les problèmes déonthologiques que pose leur commercialisation)



Net2One www.net2one.fr créé par Jérémie Berrebi fournit gratuitement des revues de presse personnalisées en fonction de mots clés. Riche de 70 000 utilisateurs, elle vend des profils aux annonceurs qui peuvent ainsi mieux "cibler" les internautes

  • publicité très ciblée prenant en compte le profil de consommation du client ainsi que sa localisation géographique,

USA Today www.usatoday.com ,après un premier essai non concluant de vente sur abonnement a adopté la gratuité. Il est maintenant N°1 des sites de presse sur Internet avec 135 personnes, en majorité journalistes (seniors issus de l'édition papier et jeunes recrues), 1 million de visiteur par jour et 7 millions de pages consultées et il gagne sa vie. 33% de ses revenus proviennent des commissions sur les ventes (10 à 50%) opérées par les marchands vers qui les lecteurs ont été orientés par la pub du journal

  • petites annonces : dans ce domaine qui représente jusqu'à 40 % des revenus, la richesse et donc le volume des "classified" est essentiel pour le client :

560 journaux américains se sont regroupés pour créer un site www.adquest.com pour essayer de reprendre la main face à des nouveaux venus comme www.themonsterbooard.com qui en ont fait une spécialité et non une annexe "vache à lait" leur permettant d'être beaucoup plus compétitifs pour le client

de même 8 grands groupes de presse (140 journaux) ont fondé www.classifiedventures.com qui a créé www.cars.com, www.apartments.com et www.newhomenetwork.com

en Grande Bretagne 7 groupe de presse (560 titres, deux tiers des PA) ont fondé www.adhunter.co.uk (400.000 véhicules, 60.000 emplois par semaine) : 1 million de pages vue par mois 6 mois après son lancement en 1997

Notons l'initiative de Spir communication spécialisé dans la presse gratuite (132 titres), et qui n'a pas de ce fait à craindre une cannibalisation de son édition papier et qui avec www.petites-annonces.fr regroupe 200.000 petites annonces "la Sentinelle" vous offre la possibilité d'être alerté par mail lorsqu'une annonce concerne un centre d'intérêt que vous lui avez signalé.

Même démarche pour Comareg (le leader avec 165 publications, 15 millions d'exemplaires par semaine, distribués à 80% des foyers français 11 millions de PA) www.bonjour.fr, filiale d'Havas:

L'option de départ de ne pas apporter de valeur ajoutée spécifique et de faire payer les consultations limitait les visites (60.000 utilisateurs par mois). La décision prise mi-98 de passer à la gratuité tout en enrichissant le site (multiplication par 10 du coût du site) par un riche contenu éditorial (conseil techniques, actualité du secteur, informations locales, agendas,…) et des services nouveaux (offres financières, bonnes affaires, voyages, pages jaunes,…) a conduit a une explosion de la fréquentation (+30% par mois dixit Marc Duteil directeur marketing)…sans pour autant entamer l'offre payante du minitel (+15% sur 1 an)



Toutéla de Pierre Saliceti essaie de développer en France le modèle de Classified (racheté par Excite), profitant dit-il de l'absence de PA sur le web français pour produire une base de petites annonces (insertions gratuites mais vérifiées) distribuées par l'intermédiaire de partenaires (portails, médias,…)

  • accès à des fonds d'archives,...les Echos,…

Pressed www.pressed.com donne accès (payant) à 8,5 millions d'articles de l'AFP et des journaux de référence de la presse française publiés depuis 1983

  • accès au fonds documentaires, ayant permis la rédaction de l'article, en général trop volumineux pour être publié dans l'édition papier.

Libé www.liberation.com (4 millions de pages vue par mois dont 45% depuis l'étranger, précurseur de la presse nationale avec un site ouvert dès mai 1995) fournit ainsi dans l'édition électronique un véritable prolongement du journal papier

Les Echos (Philippe Jannet) www.lesechos.com La Tribune (Frédéric Filloux) www.latribune.fr ou Investir (Elisabeth Chamontin) www.investir.fr ont su créer des bases de données économiques qui deviennent des outils de référence.

Aux Echos l'Intranet a été installé en même temps que le web : il sert à récupérer l'information (Bloomberg, AFP, Reuter,..), mais aussi à la production des articles par les journalistes, à la validation par la rédaction et à la mise en page.

Trois journalistes à temps plein, sur une équipe limitée à 12 personnes grâce à une automatisation poussée, assurent le "retraitement" pour le web en ajoutant des liens vers des dossiers, des biographies ou d'autres sites: la consigne est "d'ajouter de la profondeur

Une grande partie du site est gratuite mais l'accès à l'ensemble des informations est payante, soit à la consultation soit par abonnement (150 à 300€/an)

Un service de presse pour Intranet se met en place cette année en association avec les principaux journaux économiques mondiaux (Wall Street, Frankfurter, Financial Times, El païs, Il Sole,..) et elle permet une diffusion personnalisée en fonction du profil d'intérêt de chacun avec une fonction d'alerte

Pourquoi pas à terme une fonction de courtage électronique?

Au niveau de la maison mère (le Groupe Pearson), ce n'est pas moins d'une centaine de journalistes qui travaillent sur le "portail économique global ft.com

La souplesse du web lui permet d'approvisionner l'information en continu (news, cours de bourse,…), - sans aller toutefois, comme Europe 1 www.EuropInfos.com jusqu'à "offrir de l'information à flux tendu disponible même sur le GSM-SFR avec service d'alerte personnalisé" (Edmond Zucchelli) - , et en même temps de pouvoir immédiatement accéder aux archives de l'entreprise ou du dossier concerné permettant ainsi une mise en perspective

Selon l'étude menée par l'école de journalisme de l'Université Columbia 60 % des journaux US possédaient un site web éditorial au début 99.

Pour des journaux locaux ce peut être l'occasion de toucher le public de la "diaspora" (pour la presse quotidienne régionale française voir www.pqr.org )

Le télégramme de Brest a ainsi, sur sa version WEB, 33 % de clients "expatriés" www.Bretagne-online.tm.fr

De même pour les Dernières Nouvelles d'Alsace (Michel Landaret) www.dna.fr.: 24% du trafic provient des USA, aucun abonnement n'a été perdu mais à l'inverse 12% des lecteurs-internautes, des jeunes pour l'essentiel, trouvent la version papier inintéressante. L'horoscope vient largement avant l'international, mais 60% des visiteurs lisent l'édito contre 5% pour la version papier…. Grâce à la pub, la seule ressource, le petit équilibre, 0,6MF,est atteint

Les sites de la télévision nationale France2 www.france2.fr est "consulté à 85% depuis l'étranger (Philippe Dumez) et la télévision régionale : "France3 www.france3.fr permet de voir les actualités en image de sa région sans y résider (Serge Blin)

A l'inverse le Parisien www.leparisien.fr qui couvre une large métropole essaie d'approfondir les déclinaisons plus locales



Internet a permis la naissance d'innombrables newsletter, souvent gratuites dans tous les domaines susceptibles d'interesser les internautes (sport, finances, informations générales, cinéma,…et bien entendu Internet). Ces lettres sont souvent couplées à des sites qui offrent des développements sur les thèmes évoqués ainsi qu'un archivage des nouvelles déjà publiées. Financées jusqu'alors par la publicité, elles devront cependant pour la plupart s'orienter vers d'autres modèles devant l'affaiblissement de cette mane

FTPresse http://www.ftpress.com/ spin off du CNRS, créée par François Vadrot, a maintenant lancé 8 publications(Internet, santé, collectivités locales, ressources humaines, photo,…), elle a levé 10 MF fin 2000. Elle est devenue payante en 2002

Des "lettres confidentielles" financées par abonnements et sans publicité commencent à se lancer sur le web



Indigo Publication www.indigo-net.com de Maurice Botbol avec une information personnalisé payée à l'article sélectionné. Les logiciels très spécifiques à ces fonctionnalités a donné naissance à une start-up créée avec 3 jeunes centraliens Aldabra.com

Certains journaux spécialisés ont fait du web leur édition principale

C'est le cas de l'éditeur de magazines informatique Le Journal du Net http://www.journaldunet.com, 01Net http://www.01net.com et ZDNet www.zdnet.com (120salariés créé par Ziff-Davis filiale du japonais SoftBank et leader mondial de l'information sur les NTIC et racheté en 2000 par CNet) avec près de 200 millions de pages vue par mois début 1999 et pour autant "le web renforce l'édition papier" dixit Julien Jacob. Ils proposent également

¤ de la formation ZD University

¤ et des jeux GameSpot www.gamespot.com leader de son secteur, 40 journalistes.

Notons chez nous l'Odyssée Interactive www.jeuxvideo.com leader francophone le l'information sur les jeux vidéo, créé en 1995 par des étudiants et installé à Aurillac dans le Cantal : 3,5 million de pages consultée par mois début 1999 (le site est hébergé aux USA pour des problèmes de coût et de bande passante 45 Megaoctet/s), il devrait s'adjoindre une boutique en 1999

Ses challengers: Overgame www.overgame.com et Gamelog www.gamelog.com

Enfin des Webzines (magazines édités uniquement sur le Web) se sont spécialisés dans l'évènementiel



World Media Live, syndication mondiale de 23 journaux créé dans le contexte de la guerre en Yougoslavie, dont la branche française www.worldmedia.fr est extrêmement active et couvre tous les grands évènements avec des sites spécifiques (tour de France, festival de Cannes, défilé d'Yves Saint Laurent,…) pour un public essentiellement américain

N'oublions pas non plus les radios maintenant que les débits et les techniques de compression permettent la diffusion de sons de qualité (Aujourd'hui 2.300 stations de radio émettent sur l'Internet)….et sans doute bientôt la télévision à la demande sur l'Internet, dès que la bande passante le permettra: là encore gageons qu'il faudra "réinventer ce média" pour le rendre plus interactif, le simple "pay per view" n'étant sans doute pas la formule gagnante



Spinner.com www.spinner.com diffuse 120 chaînes différentes…

Imagine Radio www.imagineradio.com offre à ses auditeurs la possibilité de choisir les titres qu'ils veulent écouter et rend ainsi caduque le rôle du directeur des programmes

Reste encore à régler les problèmes juridiques des droits d'auteur des journalistes, problème qui paralyse aujourd'hui bien des initiatives, ainsi que celui des coûts d'hébergement ou de lignes spécialisées

Ils sont dans un rapport de 1 à 10 avec les Etats Unis d'après le rapport 1999 de l'Aftel, et même jusqu'à 20 fois supérieurs d'après Serge Blin de France3 qui diffuse des images nécessitant des bandes passantes conséquentes) qui inhibe bon nombre de développements

Une étude très fouillée de ce secteur, encore largement d'actualité, a été réalisée par Pierre Lemoine dans l'édition 1999 du rapport de l'Aftel www.aftel.fr

Le problème majeur auquel sont confrontés les journaux est bien entendu celui du modèle économique:


  • gratuité du contenu rédactionnel et financement par la publicité? Par les petites annonces? par le commerce en ligne?

  • Vente par abonnement? A travers un service Kiosque? Voir page 129

  • Vente à des sites marchands qui ont besoin d'apporter un contenu rédactionnel à leurs sites voir page 158

  • Vente à travers la "syndication de contenu" voir page 162

  • Vente de newsletter personnalisées à des entreprises pour leurs intranets?

Dans la suite de ce rapport nous serons amenés à revenir sur tous ces points mais d'ores et déjà d'après le GFII (Groupement Français de l'Industrie de l'Information), le marché de l'information électronique atteignait 22 Milliards de Francs dès 1999 et la diffusion via Internet devait dépasser l'ensemble des autres canaux d'ici 2002

Reuter annonçait réaliser en 2000 un CA plus important sur Internet qu'avec la presse traditionnelle

3.2.1.3La formation: un marché plein de promesses, le "e-learning"

3.2.1.3.1Un enjeu majeur tant pour les parents que pour les entreprises et pour le Pays

Avec l'émergence de "l'économie du savoir" (knowledge-based Economy), la matière grise est aujourd'hui la principale richesse d'un pays. (22 milliards d'euros en 2000, en progression de 2% sur 1999)

Le e-learning concerne la formation à tous ses stades (formation initiale comme la formation continue) et à tous les niveaux (depuis la formation technique de base lusqu'à l'enseignement supérieur)

Les methodes pédagogiques vont depuis la mise en ligne des cours (quasi gratuit) jusqu'à des pédagogies interactives reconçues autour des potentialités de l'internet (30k€ de l'heure) en passant par tous les stades intermédiaires, notamment pour les formations techniques des video de démonstration

Le e-learning est aussi un atout compétitif majeur des entreprises qui consacrent une soixantaine de Milliards de $ rien qu'aux USA à la formation continue de leurs employés (émergence du "knowledge management" depuis1998, création de nombreuse "corporate universities") l'investissement des entreprises Françaises est de l'ordre de 10G€

Enfin pour des parents la formation inculquée à leurs enfants constitue aujourd'hui la meilleure dot "you earn what you learn" et s'accroit fortement d'année en année

La formation devient un enjeu essentiel: chaque jour les technologies progressent, les métiers évoluent, l'organisation change, les méthodes de management se transforment: les besoins augmentent tant pour la formation initiale que pour la formation continue


3.2.1.3.2Les atouts du e-learning : moins cher, plus efficace et s'adaptant mieux aux contraintes des "apprenants"

Les budgets disponibles et surtout le temps qu'il est possible de dégager ne sont pas extensibles à l'infini. c'est la raison pour laquelle les outils construits sur l'Internet se développent (notamment en Amérique du Nord). Ils offrent en effet de nombreux atouts:

  • Possibilité d'amortir les "investissements pédagogiques", les cours, sur un très grand nombre d'étudiants, ce qui permet d'atteindre une haute qualité (appel aux meilleurs professeurs entouré d'une équipe de spécialistes, organisation modulaire des enseignements permettant une mise à jour rapide, système d'évaluation des élèves pour les orienter vers la démarche les mieux adaptées à leur forme d'intelligence (inductive ou déductive par exemple), exercices permettant d'assurer l'assimilation des savoirs, travaux pratiques pour l'acquisition des savoir-faire (par des outils de simulation ou de télémanipulation), contrôle du niveau acquis pour la délivrance éventuelle du diplôme, outil d'analyse permettant en analysant le cheminement des étudiants de voir les partie du cours qui ne sont pas suffisamment claires"

University of Phoenix Online ( Apollo Group qui possède l'Université de Phoenix, un campus à Londres et un autre à Mexico), leader incontesté du e-learning privé s'est introduite en bourse en sept 2000: malgré l'effondrement des valeurs internet l'action a connu une croissance de 557% entre cette date et l'été 2003! (ses marges bénéficiaires sont supérieures à 30%)

Aujourd'hui elle accueille 13% des 500.000 étudiants à la recherche d'un diplome sur le Net aux US, le tarif pour les "Undergraduates" est un peu supérieur à 10.000$ et 12.500$ pour les masters (d'après Sean Gallagher, Eduventures ). Avec 11 étudiants par classe il amène 65% de ses étudiants au diplome

Howard Block, analyste à la Bank of America prévoit que la moitié des étudiants faisant des études supérieures feront d'une façon ou d'une autre appel au e-learning pour obtenir leur diplome

Phoenix Online commence en outre à "attaquer" le marché international depuis début 2003 avec une croissance de 500 élèves par mois: il va étendre ses enseignements à d'autres langues : pour l'instant sont envisagé l'espagnol et le chinois http://www.businessweek.com/magazine/content/03_25/b3838628.htm

Les universités les plus cotées s'assurent les services des professeurs les plus renommés (prix Nobels par exemple) et deviennent difficiles à concurrencer sur le marché mondial

Aujourd'hui il est possible pour 33.000$ de suivre un MBA à Harvard (25.000$ en résidentiel, hors frais de déplacement et de séjour)



Stanford Online fournit via Internet des cours à 2.500 étudiants dans le monde (Moscou, Berlin, Tokyo,…). Jean-Claude Latombe Chairman du département informatique déclare aux Echos "l'enseignement à distance risque d'affecter à terme énormément les universités les moins cotées"

Le MIT a mis ses cours en ligne http://ocw.mit.edu, ce qui lui a assuré un énorme coup de publicité, mais on ne peut absolument pas parler là de e-learning

La Finlande, particulièrement en pointe a organisé tout son dispositif éducatifdu primaire au supérieur et à la formation continue dans la logique de l'e-learning.Singapour, l'Australie et la nouvelle Zélande sont également très avancés (les Echos, 8 octobre 2002)


  • Possibilité d'utiliser les mêmes "plates-formes pédagogiques" pour tous les enseignements: ces plates-formes permettent de mettre en œuvre les cours proprement dits, elles offrent la possibilité au tuteur de suivre les élèves et d'animer et d'évaluer la classe, grâce à des agents intelligents elles permettent d'analyser la progression des élèves et aider le tuteur dans sa tache elles permettent les échanges directs entre les étudiants (on estime que 30% des acquis se font par l'intermédiaire des camarades de classe), elles offrent aux étudiants l'accès aux ressources documentaires et toutes les informations utiles pour gérer leur scolarité, elles permettent également l'administration de l'enseignement (inscription, organisation, facturation, suivi,…). Sur le plan technique elles utilisent visioconférence, chat, mail, tableau blanc partagé, outils de travail collaboratif, accès à des bases de donnée

Il existe aujourd'hui plusieurs centaines de plates-formes plus ou moins sophistiquées. Une des plus appréciée est Webct, développée par l'Université de Colombie-Britannique au Canada et rachetée par la société américaine Universal Learning Technology (ULT). Elle est utilisée par plus de 1000 collèges et universités (dont Nancy, Grenoble et Toulouse dans plus de 50 pays

Une start-up, onlineformapro, www.onlineformapro.com installée à Vesoul se propose d'être le portail de la formation professionnelle en ligne

Nous sommes malheureusement aujourd'hui pénalisés par la limitation des débits et leur coût qui amène à brider considérablement les capacités de telles plates-formes (voir le projet FING page 23)


  • Possibilité d'organiser grâce au "tutoring" une formation personnalisée adaptée au projet professionnel: sélection des élèves, évaluation des compétences des acquis des motivations et du potentiel, négociation du projet professionnel, architecture de cursus adapté, tutoring de l'étudiant pour l'aider en cas de besoin, "gérer" son niveau de motivation, veiller au maintien du rythme et du planning d'apprentissage, faciliter les échanges entre étudiants, faciliter l'émergence de leaders (qui sinon rentrent en conflit avec le tuteur), contrôler et valider les acquis en vu de la délivrance du "label" correspondant au cursus suivi (certificat, diplôme,…)

  • Possibilité pour les étudiants de mener de front activité professionnelle et études (si possible dans le cadre d'un enrichissement mutuel, l'activité professionnelle apportant expérience pratique et motivation, comme dans toute véritable formation en alternance)

Tout ceci conduit tout à la fois

  • à une économie d'argent "Un cours sur Internet nous revient à 23F de l'heure contre 80 à 175F pour une formation classique" (Abel Cardoso responsable des formations informatiques chez Renault), Dow Chemicals évalue à 100M$ les économies réalisées et IBM à 200M$/an

"chez IBM France nous en sommes à 350M$ de couts annuellement évités annuellement grace au e-learning, avec un taux de pénétration de celui-ci de 46%" Fabienne Arata, IBM, Ecole de Paris du Management, fev 2003

  • une économie de temps (déplacements, formation mieux ciblée sur le niveau effectif de connaissance de chacun évitant les répétitions démotivantes):

  • à une efficacité plus grande (tests effectués par l'armée de terre américaine montrant que les apprenants en ligne obtenaient de meilleurs scores pour un temps de formation réduit) la Société générale qui prévoit de former ainsi 20.000 salariés, estime que pour la bureautique le temps d'apprentissage était réduit d'un facteur 2 à 4

  • Des methodes pédagogiques intrinsèquement mieux adaptées pour former à certains métiers : dans nombre de métiers, pour comprendre rien ne vaut la possibilité de voir soit le fonctionnement de la machine réelle, soit d'un simulateur. L' e-learning offre dans ce domaine des moyens sans équivalent

"quand il s'agit de former à la technique, l'ordinateur permet d'expliquer des choses qu'aucun enseignant ne pourrait faire avec une craie au tableau! On peut montrer l'intérieur des machines et simuler leur conduite … d'autant que dans leur travail les opérateurs auront à travailler sur informatique.

Le e-learning est infiniment plus performant que les cours en présentiel où la plupart des ouvriers s'endormiraient en moins de 20 minutes

Les séquences d'apprentissage en ligne peuvent être mises à disposition au moment le plus opportun. Grace à cela on améliore très sensiblement productivité, qualité et fiabilité

Auparavant pour un conducteur de haut fourneau il fallait 1.200h de formation et 5 ans d'apprentissage, aujourd'hui il suffit de 450h de formation et 18 mois d'apprentissage

l'investissement représente 0,1 à 0,3% de la masse salariale ce qui est infime par rapport à la formation classique qui représente plusieurs pourcents" Philippe Rousselet (Arcelor) Ecole de Paris du Management, fev 2003

3.2.1.3.3une évolution radicale des métiers d'enseignant

Le e-learning conduit à l'éclatement des structures d'enseignement en 3 métiers profondément distincts

  • L'élaboration des enseignements: c'est un investissement lourd (10.000$ l'heure d'enseignement) qui nécessite de mobiliser des équipes pluridisciplinaires (spécialistes du sujet, chercheurs, pédagogues, psychologues, scénaristes, ergonomes, designers,…) qui ne peut guère être conçu pour un seul établissement. Il s'agit clairement d'une activité "industrielle" destinée au commerce inter établissement (B to B)

  • La délivrance des enseignements: qui nécessite des équipes de "tuteurs" alliant compétences scientifiques et qualités humaines (capacité d'écoute, de jugement, de charisme, d'animation, d'organisation). Il s'agit d'une activité de service destinée au "client" final (B to C)

Dans le cadre de la formation continue ce tuteur n'est bien souvent pas un "enseignant" mais un cadre de l'entreprise : "le e-learning leur apporte un produit bien calibré, qui contient tout ce qui est important; ils sont ainsi sécurisés et peuvent consacrer toute leur énergie au tutorat et partager leur savoir" Philippe Rousselet, Arcelor, Ecole de Paris du management fex 2003

  • L'elaboration de plateformes logicielles permettant d'utiliser les cours, de gérer le tutoring et d'assurer les fonctions administratives : il s'agit d'une activité de start-up d'Internet

Internet apporte le même bouleversement que le cinéma d'un coté et la télévision d'un autre en a apporté aux théâtres de province

Les représentations "live" données chaque soir par les théatres de boulevards ont été largement remplacées par de prospères chaines de télévision qui assurent une programmation (en fonction du public visé) de films (en provenance pour l'essentiel d'Hollywood, faisant appel à des vedettes mondialement connues, mobilisant souvent d'énormes budgets rentabilisés en quelques mois) à côté de "news", d'interview, de jeux élaborés par la chaine.

Une industrie de support technique (caméras, émetteurs hertziens,…) s'est développée a côté

Il subsiste pour un public "d'élite" quelques grands Opéras et prestigieux théatres … souvent déficitaires

Le e-learning est ainsi un enjeu pour notre balance commerciale (la Banque Merrill Lynch estime que ce marché, hors système public, pourrait croître de 3,6 Milliards de dollars en 1999 à 25 en 2003). Le Crédit Suisse l'évalue de son côté à 40 Milliards de dollars en 2005

mais aussi pour notre balance "culturelle": imaginons que des universités comme Stanford ou Harvard offrent des formations reconnues sur le plan international sous le "label" d'un prix Nobel et qui, grâce aux économies de transport et de séjour revient finalement moins cher qu'une formation universitaire (ou continue) en France, que choisiront les étudiants (ou leurs parents) et les employeurs? ne peut-on craindre, tant pour nos étudiants que pour ceux de pays tiers où l'influence française se maintient de douloureuses conséquences?: ne risque-t-on pas d'assister à la même concentration qu'à Hollywood pour le cinéma aujourd'hui, nos Ecoles étant reléguées au rang de "relais de tutorat" Jan Rembowski ESC Reims?

Ce problème ne concerne évidemment pas seulement l'enseignement supérieur



Cette mutation va entrainer de fortes évolution des métiers d'enseignant: la disparition du "professeur" délivrant son enseignement dans de grands amphithéâtres au profit d'équipes pédagogiques élaborant des cours d'une part et de tuteurs d'autre part

Evidemment une telle évolution met en exergue un certain nombre d'aberrations du système actuel: un seul exemple, des enseignants dans le supérieur payés en fonction du nombre d'heures de cours (quelqu'en soit la qualité) à un tarif horaire ne dépendant que de la qualité de la recherche (qui peut n'avoir aucun rapport avec l'enseignement), le travail de préparation des cours et le tutorat n'étant pas évalué ni rémunéré alors que ce sont les métiers qui subsisteront…

De nombreuses questions restent ouvertes: Quel modèle économique? Logiciels libres? B to B?, ASP?, quelle rémunération pour les auteurs des cours? Droit d'auteur? statut des e-professeurs?

3.2.1.3.4Un cruel manque de R&D dans ce domaine

Il est bien clair enfin qu'une telle révolution dans un domaine aussi délicat nécessiterait un accompagnement substantiel en matière de recherche en "ingénierie pédagogique" (ou "Sciences cognitives) aujourd'hui quasi inexistante dans notre pays alors que les Etats Unis et le Canada déploient d'immenses efforts dans ce domaine

Il conviendrait en particulier d'étudier comment articuler le présentiel (pour souder les promotions et créer par là des réseaux indispensables dans la vie professionnelle) et le virtuel, comment concevoir des enseignement efficaces (consolider les acquis professionnels, utilisation de l'aspect ludique propres à l'efficacité des apprentissages dans toutes les espèces animales, apprentissage des savoirs faire, adaptation à la forme de l'intelligence de l'apprenant et à ses rythmes, articulation entre travail individuel et travail en équipe, éducation des sens de la curiosité de l'initiative de l'innovation et du risque, …)

C'est également un domaine qui devrait voir naitre de nombreuses start-up: nos Grandes Ecoles, notamment celles relevant de notre ministère devraient devenir des incubateurs dans ces domaines

Dans le dossier consacré par Les Echos à ce sujet, il est recensé 250 universités virtuelles sur Internet (évaluation de Jacques Perriault de Paris-X) et il s'en ouvre tous les mois.

En raison de son immense territoire, peu peuplé et aux conditions climatiques difficiles le Canada fait partie des précurseur. L'Université d'Athabasca en Alberta a démarré sur Internet dès 1994 (elle avait auparavant une activité classique d'enseignement à distance). Avec 100 professeurs, 200 tuteurs elle compte 20.000 étudiants. Elle offre 450 programmes dans tous les domaines scientifiques et littéraires et 37 MBA

Elle reçoit168MF de financement public et facture ses cours 400$

Une dizaine d'autres Universités Canadiennes, comme Teluc au Québec, proposent de tels enseignements et 200.000 étudiants les suivent (prévisions à 5 ans : un tiers des cours sera suivi sur Internet)

Une innovation pédagogique à noter: l'obtention d'un diplôme universitaire nécessite d'avoir obtenu une unité de valeur en ligne, gage du développement du e-learning … et surtout de l'aptitude des étudiants tout au long de leur vie professionnelle de savoir utiliser Internet pour apprendre

Les intranets de formation des Grandes entreprises comme IBM, Microsoft ou Pricewaterhouse constituent également aujourd'hui de véritables universités

En France notons La filière TIC de l'Université de Limoges a ouvert en décembre 2002 son DESS "communautés virtuelles et intelligence collective via les réseaux numériques" www-tic.unilim.fr qui s'adresse, en formation continue, aux cadres, les enseignements se déroulant entièrement à distance via Internet ainsi que la formation en ligne mise en place par les Ecoles des mines pour former des Ingénieurs par la voie de la formation continue



Mais le e-learning ne concerne pas seulement les formations de très haut niveau et n'est pas exclusif des formations "en salle" : dans bien des cas il en est un complément naturel

Mobalpa, meubles de cuisines, de salles de bains et de rangement, marque du groupe Fournier basée à Thônes (Haute-Savoie, 149,5 M€ de CA., 820 salariés), a notamment appuyé sa réussite sur un service de formation intégré, gérant 450 stagiaires par an, soit l’équivalent de 1400 jours de formation

La société a mis en place une plate-forme pédagogique à laquelle chaque point de vente se connecte via une liaison Internet à haut-débit. Sur ce site, les vendeurs trouvent des modules de formation multimédias, incluant des schémas animés, des illustrations, des commentaires audio, des quizz et différents contrôles de connaissance.

Les bénéfices attendus par Mobalpa sont tout autant quantitatifs que qualitatifs. Le nombre de jours en "salle de classe "devrait être diminué de 30 % environ et, par conséquent, le nombre de jours d’absences des vendeurs de leur lieu de travail, sans oublier les frais de "logistiques" (déplacements, locations de salles…).

Mais comme le précise Philip Anderson, responsable Formation : "Il est clair qu'en aucun cas le e-learning ne remplacera les formations "en salle", indispensables pour enrichir chacun des expériences et savoir-faire des participants. Le e-learning n'est pas une modification ou une révolution, mais une évolution naturelle de la formation"

Selon une étude d'Arthur Andersen le e-learning ne représente en 2001 que 2% des dépenses des entreprises françaises contre 60% aux USA. 11% de nos entreprises utiliseraient le e-learning contre 90% aux US

Marc Tirel, responsable e-learning de Schneider Electric ne pouvait que constater que les résistances culturellessont moins marquées au Brésil ou dans les Pays de l'Est qu'en France ou en Italie (Jean-Claude Lewandowski, les Echos, 18 Mars 2003)

3.2.1.3.5Une approche pénalisée par la qualité et le cout de nos infrastructures de télécom

Le e-learning , pour être efficace a besoin

* de récréer des interactions interpersonnelles fortes entre le professeur et se élèves et entre élèves

* de pouvoir utiliser des vidéo de bonne qualité

Tout cela nécessite de pouvoir disposer d'infrastructures performantes et d'un cout raisonnable ce qui n'est pas le cas dans notre pays

Soulignons que paradoxalement les besoins d'infrastructure sont inversement proportionnels au niveau de la formation : une formation mathématique de haut niveau peut se satisfaire d'un débit limité, mais la formation d'un artisan qui a besoin d'une vidéo pour bien voir comment assurer une réparation ou comprendre le fonctionnement d'un nouveau produit aura besoin d'une vidéo à haut débit qui aujourd'hui implique l'usage d'un CDRom

Et IBM a par exemple installé des terminaux dans les boulangeries d'une société de grande distribution pour apporter une formation sur chacun des produits (pains de toute sorte, croissanterie, viénoiserie, …): il s'agissait d'apprendre à manipuler les outils et à réaliser une fabrication, mais aussi de capitaliser les savoir faire Il a été évidemment fait un large appel à la vidéo (Fabienne Arata, IBM)

Ce programme a été un grand succès et on voit bien qu'il correspondrait à un fort besoin pour notamment les artisans, dispersés sur l'ensemble du territoire et qui sont confrontés à une évolution chaque jour plus rapide des matériaux à mettre en œuvre (par exemple les colles) aux produits à installer (dans le domaine par exemple des réseaux) et aux matériel dont il faut assurer la maintenance (outils de sciage, matériel agricole, …), mais il implique des liaisons à haut débit (pas de l'ADSL à 100kbps!) pour la transmission d'un vidéo de qualité

3.2.1.3.6Quelques sites de référence

Un site de référence : www.distance-educator.com

Voir également la téléformation dans les entreprises page 195 et la recherche de formation sur le web page 180


3.2.1.4Les professions financières: banques, assurance, courtiers, bourses des valeurs…


Une remarque de même ordre peut être faite pour les banques et autres institutions financières françaises qui ne sont pas toutes aussi en avance que pourrait le laisser imaginer les moyens financiers et le potentiel de matière grise dont elles disposent

Zona Research www.zonaresearch.com considère qu'elles sont les premières qui risquent d'être touchées dans leur existence même par le développement d'Internet si elles ne changent pas radicalement leur façon de travailler.

L'interpellation de Bill Gates lors de la conférence "retail delivery" de 1996 :

"the world needs banking but not bankers"

Est sans doute caricaturale, mais ne doit pas pour autant être sous-évalué : le coût d'une transaction bancaire par exemple passe de 1,07$ lorsqu'elle est traitée en agence à 0,54$ quand elle est traitée par téléphone et 0,01$ par l'internet (Bill Finkelstein, Wells Fargo)

l'Etude de l'OCDE sur les incidences du commerce électronique (août 1998 www.oecd.org )considère que les technologies de l'internet permettent aux banques d'économiser 89% de leurs coûts de distribution et les banques finlandaises ont déjà réduit leurs effectifs de 50% avec les téléprocédures

"nous ne croyons pas à la banque en ligne pure et dure, l'Internet n'est pas un eldorado mais une source potentielle d'économies considérables" Moody's

En 2003, dans un pays comme l'Estonie, tout juste sortie du joug de l'URSS, et qui de ce fait n'avait pas l'inertie inhérente aux "vieux pays", moult agences bancaires ont déjà fermé leur porte pour laisser place à l'Internet banking : 700.000 Estonniens travaillent avec leur banque via Internet pour un pays de 1,4 millions de personnes!

Malgré cela, certaines banques françaises se proposaient encore en 2000, sur le modèle du minitel de facturer 6 Francs les clients qui leur en économisent 5,95 (en effectuant eux-mêmes leurs transactions par l'Internet) sous prétexte que "cela leur rend service", alors que l'on aurait pu imaginer logiquement qu'elles fassent partie des premiers fournisseurs d'accès gratuit en prenant même en charge les coût des minutes de communication consacré à la gestion des comptes.

Et ce d'autant plus que comme l'a constaté la filiale luxembourgeoise d'une banque française, les 25% de sa clientèle passée sur internet représentaient 65% des transactions totales…(le bon sens a fini par triompher en 2000 avec des services comme voonoo)

A la Wells Fargo il est apparu que les clients internautes étaient deux fois plus "rentables" que les autres et que ceux-ci, en général plus mobiles géographiquement restaient 3 fois plus fidèles à la banque lors d'un déménagement (Bill Finkelstein de la Wells Fargo séminaire Aftel NY 98)

Cette analyse est confirmée par la SEB (une des 3 grandes banques des Pays Nordiques): ses "e-clients" lui rapportent 2,5 fois plus que le client moyen. En conséquence elle a décidé un programme visant à faire passer l'ensemble de sa clientèle sur internet pour les opérations courrantes et en conséquence elle prévoit de fermer 80% de ses agences sur 4 ans. Elle considère que cette stratégie lui permettra d'étendre ses services sur l'ensemble de l'europe en 'écrémant" le marché, les clients "branchés" étant les plus rentables.

Notons que cette Banque fait partie de la Galaxie Wallenberg, dont une autre branche, OM Gruppen, qui est propriétaire de la bourse de Stockholm et qui a créé l'éphémère Jiway, bourse tout électronique qui avait "osé" lancer une OPA hostile sur la vénérable Bourse de Londres en 2000, entrainant la rupture de celle-ci avec Frankfort



Pour les produits financiers banaux, des systèmes de distribution comme Carrefour (qui en outre peut proposer le choix entre les produits financiers de plusieurs établissements) serait peut-être plus adaptés grâce à des amplitudes d'ouverture plus large et des coûts de fonctionnement plus modestes "il est temps d'appliquer les recettes du commerce moderne aux services financiers" Damien Guermonprez DG de la filiale finance d'Auchan

D'ailleurs en France la plus importante banque directe multicanal, avec plus de 200.000 clients dès 2000 est la Covefi, filiale des 3 suisses www.covefi.fr

Certains jeunes hauts responsables de nos grandes Banques vont jusqu'à assimiler le comportement interne de nos grands établissements financiers actuels à celui des maîtres des Forges en 1960, quelques années après l'ouverture du marché commun, organisés en fonction de la production et non du client, leur prospérité semblant refléter la pertinence des choix stratégiques, alors qu'elle ne faisait que résulter de l'inertie des rentes de situation:

Il est aujourd'hui encore choquant pour certains d'imaginer que business village, filiale de BNP-Paribas, pourrait offrir à ses clients une palette de services financiers, en mettant en concurrence les produits les plus performants du marché et ne pas se contenter de fournir ceux de sa maison mère

Plus choquant encore serait d'imaginer qu'une Agence Bancaire pour amortir l'investissement considérable qu'elle représente, pourrait faire autre chose, qu'écouler les produits maison, et qu'elle puisse s'attacher à répondre à la globalité des préoccupations du client qui en franchit le seuil: gestion de son patrimoine (immobilier, bourse, œuvres d'art, fiscalité, assurance, succession,...) gestion de sa trésorerie (outils de paiement, tableaux de bord, crédits à la consommation,…).

La crédibilité n'impliquerait-elle pas alors que le conseiller puisse lui proposer les meilleurs produits, et donc y compris ceux de la concurrence ? ne faut-il pas clairement séparer la production de la distribution? Voir page 158 Dans le téléphone, l'informatique ..ou l'épicerie cette mutation a été faite depuis longtemps, les produits financiers sont-ils si différents qu'ils puissent se permettre de rester dans une logique de l'écoulement de la production? Certaines timides avancées ont été faites (sicav, certains produits d'assurance,…) ne faudrait-il pas aller beaucoup plus loin?:

C'était le projet de Bernard Arnault avec Zebank www.zebank.com, encore faut-il ne pas sous estimer la fonction de conseil, ce qui, notamment dans le domaine financier passe nécessairement par un contact personnel en "face à face": cette absence a confiné Zebank à une niche de faible rentabilité (ce qui a conduit à son rachat par egg en 2002), alors qu'il aurait pu s'appuyer sur le très dense réseau de courtiers indépendant (assurance-vie et gestion de fortune) qui, avec des outils d'aide à la gestion de patrimoine performants auraient pu trouver là un précieux outil pour renforcer leur efficacité et diminuer leurs couts de gestion.

C'est d'ailleurs la politique mise en œuvre avec succès par les AGF avec I-Bank qui a dépassé 100.000 clients et 540 M€ de dépots mi 2001, 6 mois après son lancement contre 20.000 clients et 68 M€ pour Zebank(voir page 110) et atteint 255.000 clients début 2003

"le modèle gagnant sera celui qui associera courtage en ligne, banque directe et réseau de conseillers indépendants: les clients sont confiants dans les services en ligne mais une fois par an ils ont besoin de voir un conseiller"Huw Van Steenis, analyste de Morgan. C'est d'ailleurs ce que fait AXA avec Banque Directe (créée par Paribas) qu'il a racheté à BNP

Quel rôle joueront les «account aggregators», sociétés qui consolident les comptes clients sur un écran, en utilisant les codes fournis par les clients pour accéder aux données de différents fournisseurs comme, Yodlee www.yodlee.com



Les Banques n'ont par exemple pas vu arriver les courtiers en ligne qui en cassant les prix et en fournissant des informations de qualité se sont appropriés 15% du marché des transactions des particuliers

E-Trade, www.etrade.com, 3,7millions de clients en juin 2001 avec plus de 50 Milliards de dollars de dépôts continue à croitre au rythme de 80 000 nouveaux comptes par mois (notamment par des rachats) et le volume des transactions qu'il gère , après seulement 7 ans d'existence (120.000transactions quotidiennes) est équivalent à la bourse de Paris

Après une baisse en 2001-2002 elle a retrouvé son rythme (116.000 ordres par jour à mi 2003 )

Fort de ce succès e-trade a lancé e-offering, banque d'investissement en ligne: elle prendra des commissions limitées à 4,5% des montants levés contre les 7% habituellement pratiqués sur le modèle de Wit Capital www.witcapital.com qui l'avait précédé sur ce créneau.

La firme est par ailleurs derrière la création de l'International Security Exchange, un système de transaction électronique qui ambitionne de concurrencer le Chicago Board Option Exchange (les Echos du 13/1/99)

A l'été 1999 elle a également pris le contrôle de Telebank Financial pour 1,8 Milliard de dollars, banque en ligne spécialisée sur les prêts immobiliers



Charles Schwab www.eshwab.com (7 millions de compte) basé à San Francisco, existe depuis 20 ans et s'est convertie au web plus récemment: elle reste N°1 en misant sur le conseil personnalisé. Début 2001 elle vallait 33 milliards de dollars (contre 29 par exemple pour Merril Lynch)

Fimatex qui est une belle réussite, bien qu'elle ait été développée au sein de la Société Générale n'était pas au catalogue du réseau…: elle a maintenant pris son envol de façon autonaume

En 2002 BNP-Paribas met la main à bon compte sur l'allemand Consors en profitant de la conjoncture et, en la fusionnant avec Cortal, s'offrant ainsi une place de choix au niveau européen, l'encours global du nouveau CortalConsors étant de 13G€ mi 2002

Au total il y aurait aux USA 8,4 millions de personnes avec des portefeuilles dépassant les 100.000$ (420 milliards de dollars au total) opérant en bourse via internet, avec 450.000 ordres quotidiens (soit 22%des échanges), offrant 1 milliard de dollars de commissions aux quelques 60 firmes de courtage existant actuellement

En l'an 2000, en Europe l'Allemagne arrive en tête (400.000) pour 100.000 en France (et par exemple 200.000 en Suède)

également voir page 168 le chapitre consacré aux bourses

Par ailleurs CompuBank www.compubank.com, première banque fonctionnant exclusivement sur internet, a vu le jour en octobre 1998.

Elle est suivie par Egg www.egg.com , filiale du groupe britannique Prudential, qui n'accepte plus depuis avril 1999 que des clients en ligne: selon Mike Harris "l'exploitation des services bancaires grand public par internet sont 4 fois moins coûteux que par téléphone et 10 fois mois chère qu'à travers les agences traditionnelles" ce qui lui permet de servir des interets trois fois plus élevés sur les comptes à vue (5% contre 1,5%).

Avec 500.000 clients après 6 mois d'activité, et 1,2 millions en aout 2000, 2,4 millions de clients en grande bretagne en aout 2002, elle se classe au 8ème rang mondial du classement IBM-Interbrand après la Citybank l'UBS et Wells Fargo, mais avant le crédit Suisse et la Commerzbank, et avec 5 milliard de £ elle revendique 40% de part de marché sur les nouveaux dépôts

Elle propose crédits immobiliers, prêts personnels et bientôt assurance-dommage, cartes de crédit et produits de placement financier. Elle fournit évidemment accès internet et e-mail gratuit

En novembre 2001 elle annonce ses premiers bénéfices et alors que sa capitalisation boursière est de 1,3Milliards de £ http://fr.biz.yahoo.com/p/e/egg.L.html, elle rachète Zebank en mai 2002 pour seulement 8M€

En aout 2002 elle lance ses services en France avec un objectif affiché d'un million de clients sous 3 ans: son président Paul Gratton déclarait aux Echos "l'attitude des Français face aux nouvelles technologies est la même que celle des Anglais en 1998"… 4 ans de retard, et les Anglais ne font pas la course en tête

Il faudra voir si ses méthodes commerciales que certains jugent tout à fait étranges, voir suicidaires fera ses preuves en France

En Aout 2000 c'est au Japon que nait la banque 100% en ligne Japan Net Bank en association avec l'opérateur téléphonique NTT Docomo et un réseau d'épiceries de proximité pour les retraits de liquidités

Mentionnons également



@AGF a créé en octobre 2000 Banque AGF qui comptait 250.000 clients mi 2002

@ Banque Directe autrefois leader compte 100.000 clients à mi 2002 (créée par Paribas en 1994, repris par BNP, puis AXA)

@ groupama devrait lancer sa banque avant fin 2003

@ - Entrium en Allemagne 700.000 clients N°1 européen de la banque sans guichets compte 60% de clients ayant accès à internet (en Allemagne on compte aujourd'hui 3,5 millions de compte en ligne avec un rythme de doublement annuel. En 2003 il est racheté par le bancassureur néerlandais ING à son propriétaire italien Capitalia pour la fusionner à sa filiale allemande DiBa afin d'atteindre plus de 3 millions de clients

@ - SE-Banken appartenant à la "constellation" Wallenberg" en Suède, avec 300.000 clients sur internet en 2000 et a racheté BfG en Allemagne au Crédit Lyonnais pour en faire la tête de pont de son offensive internet sur ce pays

Aujourd'hui à côté des 200 sites financiers sur internet comme ceux de la City Bank ou de la Wells Fargo, opérationnels dès 1995, on en compte une dizaine opérant exclusivement sur l'Internet (Compubank à Houston, Atlanta Internet Bank,…)

Rappelons que dans son plan stratégique City Group qui revendique aujourd'hui 300 millions de comptes s'est fixé un objectif de 1 Milliard de clients en offrant à ceux-ci de gérer l'ensemble de leurs comptes dans les autres établissements par son intermédiaire (Chris Zaharias Netscape, séminaire Aftel nov 98)

Maintenant tous les "portails" d'entrée sur le web comme Yahoo! ou Aol, lancent leur chaîne "finance" offrant plate-forme d'information économiques et financières conseils grâce à des partenariats éditoriaux ainsi que un centre de courtage en ligne permettant d'acheter et de vendre en ligne par l'intermédiaire de courtiers électroniques comme e-trade



@ AOL qui a lancé "personnal finance" en 1996 compte actuellement 10,5 millions de clients

(Cf classement des meilleures cyberbanques par l'association online banking www.obanet.org )

L'Atelier Bnp-Paribas estimait qu'en 1998 entre 10 et 15% des prêts aux USA, soit 1500 Milliards de dollars étaient directement influencés par la consultation de sites Web spécialisés qui outre un riche contenu éditorial permettent de rechercher sur le marché le meilleur taux en fonction du profil de risque du client – et en faisant l'économie des intermédiaires financiers monoproduits

e-loan www.e-loan.com : 15.000 demandes de prêts par mois, Get Smart www.getsmart.com 50 000 par mois, Quicken Mortgage www.quickenmortgage.com qui rassemble les propositions de 11 banques pour une comparaison immédiate, 800.000 visites par mois,…). En France Selectaux http://www.selectaux.com a lancé un site adapté aux spécificités françaises

GE Equipement finance a créé en 2000 un extranet permettant d'accorder en quelques minutes pour les dossiers simples, (50% des demandes de ses apporteurs d'affaire), un crédit permettant de financer les achats de leurs clients

Dans le domaine social mentionnons "aide au logement http://www.aidologement.com qui vous offre la possibilité d'obtenir prêt ou subvention en ligne avec le minimum de formalités

Toutes ces évolutions devraient conduire à l'avenir à une claire séparation des fonctions de production de services financiers de celles de distribution, car le client exigera de plus en plus de pouvoir comparer des offres et n'acceptera plus d'être enfermé dans celle de sa banque:

C'est une des raisons qui fait que paradoxalement, business-village, filiale de Bnp-Paribas n'offrait pas de services financiers: Il ne serait pas crédible de n'offrir que les produits de la maison mère mais les esprits ne sont pas encore murs pour franchir le pas…

Un classement réalisé par Interbrand et IBM en mai 1999 des meilleures banques permet aux établissements scandinaves, allemands suisses et britanniques de se placer honorablement au cotés de leurs confrères nord américains. ce n'est malheureusement pas le cas des 7 banques françaises sélectionnées (sur un total de 45) dont aucune ne figure dans la liste des dix nominées: la différence s'est faite sur le caractère clair, complet et structuré du service offert aux clients mais selon l'AFB le retard des banques françaises sur Internet est moindre qu'on ne le dit

Banque Directe (www.banquedirecte.fr ) décolle plus lentement qu'espéré tandis qu'en Allemagne son homologue Comdirect dégage déjà des bénéfices (valeurs boursières : 9 milliards de dollars).

Les assureurs ne sont pas non plus à l'abri de ce manque de clairvoyance. Là aussi les nouveaux courtiers tels Insweb http://insurance.yahoo.com qui agrège et compare l'offre d'une vingtaine de compagnies d'assurance devrait leur donner à réfléchir

Notons toutefois l'initiative de E-santé www.e-sante.com , filiale du groupe Azur qui en juillet 1999 était la première à proposer la souscription en ligne d'un contrat d'assurance santé complémentaire, ainsi que Reflex www.reflex.tm.fr ou Maaf Assurances www.maaf-assurances.fr

Par contre les assureurs semblent plus audacieux dans la Banque ou ils apportent des services complémentaires à leur réseau de distribution sans leur faire concurrence comme Egg filiale de Prudential. Dans ce domaine ils semblent de ce fait plus efficaces que les banques

En oct 2000 les AGF ont annoncé



@ - une ambitieuse politique dans la banque à distance, secteur où elle n'est pas, avec I-Bank (une banque qui offre toute la palette des services avec un compte rémunéré à 5%, qui vise 500.000 clients à 3 ans avec un investissement de 700Mfelle a dépassé déjà atteint 100.000 clients et 540 M€ de dépots mi 2001 et 250.000 clients à mi-2002, dépassant ainsi à vive allure Banque Directe de BNP-Paribas qui 8 ans après sa création atteignait péniblement 100.000 clients (cette dernière a d'ailleurs été reprise par un autre assureur, AXA et Groupama devrait suivre en 2003).

@ - Une politique discrète dans l'assurance (Okaou), où elle ne peut se permettre de faire de la peine à ses 3000 agents généraux,

Dans le domaine de l'information financières de très nombreux services se sont mis en place (www.mine-yours.com de l'AFP, www.woqats.com , www.netcote.com ,...) qui proposent en outre des mécanismes d'alerte et des systèmes experts pour assister le gestionnaire

Pour les renseignements financiers citons Dun&Bradstreet : www.dbisna.com

en France SCRL www.scrl.com filiale de la COFACE.et surtout @rating www.cofacerating.com qui permet d'accéder à la notation, voire à la labellisation de l'entreprise voir page 223

Lancé fin décembre 1999, Societe.com www.societe.com diffuse gratuitement des informations légales et financières sur les entreprises françaises et sur les dépots de marques. Le site enregistre mensuellement près d'un million de visites pour un total de d'une dizaine de millions de pages vues. En janvier 2002, il a mis en ligne, toujours gratuitement, une base de chiffres clés comportant des ratios et des éléments bilantiels sur les sociétés françaises

De nombreux produits ou services financiers ont vocation à être un simple composant d'un produit plus complexe:


  • Les moyens de paiement peuvent être gérés par exemple par un opérateur de téléphonie mobile, le "portable" faisant fonction de terminal de paiement et l'opérateur regroupant toutes les factures

  • Les crédits (immobiliers, véhicules, crédits à la consommation) peuvent être intégrés dans une offre globale (voir page 161) les courtiers en crédit immobilier que nous avons vus plus haut, qui mettent en concurrence les "fabricants" de produits financiers fournissant leur services au travers de portails globaux (panoranet et Mynewdeal interviennent en backoffice de nombreux sites immobiliers)

Bien entendu les "market places" que sont les bourses de valeur peuvent trouver dans les outils de l'Internet les moyens d'être plus efficaces et moins couteuses: ces vénérables institutions ont été violemment bousculées par les nouveaux entrants et ont du engager une rapide mutation voir page 169

Enfin Internet offre la possibilté d'innover dans les produits eux-même : ClickOption www.clickoption.com lancé en 2001 par la Société générale met à la disposition des particuliers, en écrasant les couts et les marges de gestion, des produits jusqu'alors trop complexes et réservés aux professionnels de la finance qui permettent de parier sur un événement boursier

Cette évolution sera sans doute plus difficile à conduire dans les grandes structures où les hiérarchies intermédiaires pourront être tentées de bloquer sous tous les prétextes (sécurité, fiabilité, confidentialité...) des processus susceptibles de remettre en cause les modalités d'exercice des pouvoirs et l'utilité même de certaines fonctions.

"il aura manqué à l'industrie banquaire française, trop longtemps sous la coupe des pouvoirs publics, la vision et l'audace d'un Claude Bébear" Pierre Albouy Rotschild, New York, les Echos 3.10.2000



à noter pour la petite histoire que pendant la crise argentine, comme les banques se voyaient interdire toute sortie d'argent liquide, seules les transactions électroniques de compte à compte fonctionnaient

3.2.1.5Les producteurs de services de loisir : hôtel, tour operator, opérateurs de billetterie


Au niveau mondial c'est un des premiers secteurs de developpement du e-commerce avec les leaders Américains Travelocity http://www.travelocity.com et Expedia http://www.Expedia.com

En Allemagne le premier voyagiste européen (Preussag) mise à fond sur Internet et prévoit d'y réaliser 20% de son activité,

En Angleterre Martha Lane Fox fonde à 26 ans avec Brent Hoberman (29ans) Lastminute.com spécialisée sur le voyage soldé à la dernière minute pour lequel Internet est particulièrement bien adapté (introduit au "bon moment" en bourse en mars 2000 à plus d'un milliard de £): il a racheté tour à tour Degriftour en 2000, puis en 2002 Travelselect, The destination group et Travelprice

Dans ce domaine en France le minitel a permis de bien roder le modèle et les entreprises dynamiques de la profession réalisent la transposition sans grande difficulté avec chaque jour de nouvelles initiatives (visites virtuelles, accès par téléphone mobile, couplage Web avec un centre d'appel, sites éditoriaux de plus en plus riche permettant de préparer les voyages, techniques de fidélisation, mails personnalisés aux clients abonnés, partenariats avec les moteurs de recherche,…)

Pour les réservations de chambres Internet permet de diviser jusque par par trois les couts et d'assurer un meilleur remplissage grâce à un véritable "yield management" et aux nouvelles possibilités de ventes de dernière minute

"En une année Internet est passé du statut de gadget branché à celui d'enjeu stratégique pour l'industrie du tourisme" Les Echos 14 juin 2000



Dégriftour www.degriftour.fr, www.reductour.fr, www.promovac.com, www.abcvoyage.com pour les tour operator (racheté en aout 2000 par Lastminute.com

Club Med Online http://www.clubmed.com, Accor www.accor.com (3 portails, 7 sites en 3 langues, Nouvelles Frontières http://www.nouvelles-frontieres.com et http://encheres.nouvelles-frontieres.fr), et queques autres y font leurs premiers pas avec plus ou moins de bonheur

Relais&Châteaux www.integra.fr/relaischateaux pour l'hôtellerie

De nombreuses start-up se sont lancées sur ce créneau avec plus ou moins de succès (certaines ont depuis disparu): Jador.com www.jador.com pour réserver hotels et spectacles, Outdoor Attitude www.outdoor-attitude.com ou Skihorizon www.skihorizon.com pour les passionnés de nature et de sport d'aventure, Baoom.com www.baoom.com répertorie des centaines de fêtes, prétexte à des déplacements. Toutes n'ont pas survécu car il y a rarement de la place pour plusieurs entreprises sur un même créneau

Malheureusement ce n'était pas encore en l'an 2000 le cas général : une enquête du quotidien du tourisme revèlait que 91% des agents de voyage ignoraient encore les possibilité d'Internet et que 80% des agences n'étaient même pas reliées au Web! : en 2003, aux US, plus d'un quart des voyages étaient achetés directement en ligne

Les hotels étoilés qui accueillent une proportion importante de clients étrangers (notamment anglosaxons) ont du en général jouer les précurseurs : Internet leur a permis des économies substantielles (remplacement de l'envoi de brochures par des e-mailing, notamment à l'attention des visiteurs de leurs sites, mais surtout d'améliorer le coefficient de remplissage des chambres, d'adapter plus finement leur tarification, de vendre plus de prestations annexes (upselling) et finalement d'accroitre leur chiffre d'affaire et leur rentabilité

Regetel Hôtel Management gère 7 hôtels à Paris. Sa clientèle à 95% étrangère l'a amené à développer dès 1998 un site qui génère aujourd'hui 10% du chiffre d'affaire

Internet également permis de mettre en place le "Yield management" : "L'offre est devenue disponible en permanence, les variations des tarifs selon la saison ou certains événements, comme le Mondial de l'Automobile, peuvent être répercutés instantanément, et lorsqu'un hôtel affiche complet, il propose aux clients d'autres chambres dans le réseau".

Par ailleurs la diffusion des brochures a été largement remplacée par du emailing notamment en utilisant la base de 4000 contacts acquis via le site, ce qui a permis de réduire de moitié du nombre de brochures papier

Ceci s'est traduit par un quasiment doublement du chiffre d'affaires par hôtel, de 4.000 euros à environ 7.500 euros. www.journaldunet.com/0210/021002regetel.shtml

La chaîne familiale hôtellière Grandes Etapes Française (dix château-hôtels), 500 salariés, a lancé son premier site www.Grandesetapes.fr dès 1999 suivi d'un intranet et de nombreux autres sites : Seminaire-prestige.com et Etapes-cadeaux.fr pour une clientèle professionnelle, Events-in-castle pour une cible anglophone ainsi que des sites propres à chacun des chateaux. Des visites virtuelles sont également au programme

Trois années d'activité plus tard, c'est près de 400 nouveaux contacts et 50.000 visiteurs uniques mensuels par mois

Des avantages substantiels sur les méthodes de marketing et de vente traditionnelle: "pas de problème du décalage horaire d'une réservation téléphonique". " ils peuvent plus facilement passer leurs ordres de réservation avec la version anglaise du site", "Nous nous sommes rendus compte que vendre des options comme des bouquets de fleurs ou des massages était facilité par un site Internet, du coup, la valeur moyenne des commandes progresse d'environ 15%, de 300 à 340 euros, il est toujours un peu délicat de proposer de telles choses au téléphone. En moyenne 1% de nos clients les prenaient par téléphone, contre 20% de ceux qui réservent en ligne.", "si un hotel est plein nous pouvons proposer une alternative immédiatement" www.journaldunet.com/printer/020830grandesetapes.shtml



Download 4.87 Mb.

Share with your friends:
1   ...   15   16   17   18   19   20   21   22   ...   76




The database is protected by copyright ©ininet.org 2020
send message

    Main page