Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie Secrétariat d'Etat à l'Industrie


L'entreprise avec ses partenaires : Internet ou Extranet



Download 3.14 Mb.
Page20/45
Date07.08.2017
Size3.14 Mb.
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   45

3.3.2L'entreprise avec ses partenaires : Internet ou Extranet

3.3.2.1Relations client/fournisseur, donneur d'ordre et sous-traitants, banques et entreprises : le web-EDI


Il s'agit des échanges de données administratives ou financières numérisées, qui traditionnellement s'opéraient sur les réseaux traditionnels selon la norme EDI (Echange de Données Informatisées)

Ils représentent selon Forrester Research www.forrester.com 17% du montant des commandes des grandes entreprises américaines (150 milliards de dollars) et 50 milliards de F pour la France, qui sur ce plan, n'accuse pas de retard

Aujourd'hui l'EDI représente une très grande facilité et un coût négligeable pour les grands donneurs d'ordre; par contre, il n'en est pas de même pour les petits sous traitants, parfois occasionnels pour lesquelles elle représente un coût d'investissement qui est pour elle tout à fait significatif (de l'ordre de 150 KF), et un coût de fonctionnement important (transmission en général assuré par des messageries X400 avec des services "à valeur ajoutée", nécessité de compétences informatiques interne,…)

Par ailleurs, si les systèmes d'EDI ont récemment réussi à converger vers une normalisation interprofessionnelle dénommée EDIFACT, ce qui est un atout précieux, il n'en reste pas moins qu'EDIFACT est une norme extrêmement lourde à mettre en œuvre pour une petite structure. En effet outre la normalisation des messages, il implique la refonte de toute l'organisation de la gestion des informations



Que pourrait apporter Internet à l'EDI ?
3.3.2.1.1Un abaissement drastique des coûts de transmission en utilisant le réseau internet (l'EDI sur IP)

Dans ce cas l'ensemble de la chaîne d'échange et de ses protocoles sont maintenus mais la communication est établie à travers le réseau internet, ce qui permet un abaissement sensible des coûts de transmission et donc une utilisation potentielle par un plus grand nombre d'entreprises allant jusqu'aux PME. Il y a une forte complémentarité entre EDIFACT et Internet, ce dernier renforçant la position de la norme.

Cette démarche est intéressante pour maintenir EDIFACT chez les industriels ayant récemment fait l'effort de se mettre à cette norme et cet énorme avantage en terme de coût et de vitesse de mise en place, devrait amener toutes les entreprises à remplacer rapidement les réseaux "à valeur ajoutée".

En revanche, elle ne règle pas le problème des PME qui n'en ont qu'une utilisation plus occasionnelle et s'accommoderait mieux d'un système beaucoup plus léger (certains parlent d'EDI "lite" ou "web EDI"), utilisant les mêmes formats de message normalisés mais ne les obligeant pas à réorganiser entièrement leur chaîne de traitement informatique pour la rendre conforme à la norme

3.3.2.1.2Plus simple, moins cher, EDI dans IP: le Web EDI

Cette solution offre une facilité d'emploi et une convivialité inconnus de l'EDI classique, et qui, par rapport au fax (outre le coût) permet un traitement de l'information sans ressaisie (pour l'élaboration du bon de livraison ou de la facture par exemple)

En outre le protocole XML facilite grandement la mise en forme de messages EDI en permettant de faire l'économie de l'élaboration des "subset EDI" (description formelle des données devant figurer dans un message EDI dont seule l'enveloppe est normalisée), au profit des modèles des données, beaucoup plus faciles à établir

Les RFC (enquêtes publiques) pour XML ont été publiées en juillet 1997 et les spécialistes estiment nécessaire un délai de 4 à 7 ans pour que ce nouveau standard soit effectivement utilisé à grande échelle. A mi parcours en l'an 2000 XML s'est déjà assez largement imposé et toutes les nouvelles version de navigateurs le prennent en compte

"aujourd'hui seulement 1,5% des PME françaises utilisent l'EDI" estimait en 1998 Pierre Georget20 directeur technique de Gencod qui pense que le Web EDI doit permettre de multiplier par 10 le nombre d'entreprises utilisant cette norme (300.000 au niveau mondial à cette époque), les premiers développements sont déjà opérationnels dans la grande distribution (Tesco, Sainsbury, Leclerc, Casino, Leroy Merlin, Intermarché,…) et chez des industriels comme Chrysler ou Ericson avec leurs fournisseurs PME.

Une petite société française (NY consultant) proposait dès 1998 pour 9.000 F une station EDI sur PC : elle prend en charge l'émission et la réception de documents commerciaux complets après avoir assuré leur transformation en message EDIFACT normalisés. Le tout peut alors transiter sur Internet : pour un envoi de nuit, l'expédition d'un millier de messages EDI de 2 ko chacun coûte.... moins de 20 F. Les abonnés aux réseaux "à valeur ajoutée" apprécieront.

Dilicom, opérateur de réseau pour l'interprofession du livre a adopté cette solution: il gère 30 millions de lignes de commande pour3.500 pointd de vente: début 2000, 1.800 libraires passaient encore leurs commandes par Minitel mais pour un volume inférieur aux 100 qui avaient basculé sur Internet

Et des formules encore meilleur marché se développent chaque jour :

actuellement les artisans de Colmar travaillent avec leur centre technique (le CTAI de Colmar (www.artifrance.fr ), SPIE Batignoles, la DDE et leur organisation professionnelle (la CAPEB) au développement d'un "extranet" permettant la gestion technique et administrative d'un chantier avec un système d'EDI "libre" totalement gratuit

Une autre solution est à trouver dans l'EFI (Echange de Formulaires Informatisés) permettant à une PME de simplement remplir sur micro-ordinateur un formulaire qui lui a été transmis sur le réseau, le petit logiciel intégré au formulaire "intelligent" se chargeant de la mise au format EDIFACT avant transmission

C'est également une formule qui devrait se développer notamment pour les formulaires administratifs en particulier dans le domaine fiscal et social.

Un équilibre s'établirait ainsi en fonction des coûts et des exigences des différents types d'échanges.



Les réseaux extranet sont ceux qui permettent ces échanges de données entre les entreprises en utilisant les protocoles de l'internet.

Ils peuvent:



  • soit emprunter des lignes privées (comme c'était le cas précédemment avec les réseaux dits "à valeur ajoutée")

  • soit utiliser tout simplement l'Internet en protégeant la confidentialité, l'intégrité et l'authentification des messages, transmission de fichiers ou requêtes par cryptage et signature (VPN voir page 110).

On conçoit aisément l'immense gisement d'économie financière et de gain de temps pour les échanges inter-entreprises et les transmissions des informations d'une application informatique à une autre (pas de ressaisies d'informations avec les risques d'erreur que cela comporte). On peut donc penser que cette pratique doit être étendue le plus rapidement possible à la quasi totalité des échanges interentreprises

L'utilisation du protocole IP pour la transmission d'informations de toute nature entre entreprises est peut être la partie la moins visible mais la plus importante sur le plan économique car elle entraine un changement d'ordre de grandeur dans les couts et les délais.

D'après les estimations de Forrester Research www.forrester.com, dès 1998, aux USA, plus de la moitié des échanges électroniques interentreprises avaient basculé sur le protocole IP

cf le gigantesque projet ANX www.anxo.com voir page :131 en cours de déploiement aux USA sous l'impulsion de l'Automotive Industry Action Group (Aiag, les projets similaires JNX au Japon, KNX en Corée et AANX en Australie et ENX en phase expérimentale en Europe www.radguard.com/ENXexplained.html et www.galia.com/triencou.htm,

L'Association Electronic Commerce Europe, www.ec-europe.org animée par Eric Blot-Lefevre, qui réunit les grands groupes européens et les associations européennes de PME, travaille actuellement sur un ambitieux projet pour faciliter les échanges électroniques interentreprises dans "l'Euroland"

Il s'agit sans doute là de la norme que doit adopter l'État pour ses relations avec les entreprises en évitant absolument de s'engager dans des protocoles franco-français générateurs de surcoûts tant pour l'administration que pour les entreprises et n'ayant aucune perspective d'avenir).

Pour prendre le seul exemple des achats de fourniture, le coût administratif de la gestion d'une commande peut être ainsi, lorsqu'elle est totalement dématérialisée, (supply chain management) être ramenée de 70$ à 4$ voir page 112).

Par ailleurs l'accès direct des fournisseurs, en temps réel aux données commerciales permet une accélération considérable des cycles et une réduction drastique des stocks : Philippe Lemoine Pdg des Galeries Lafayette indique "dans un supermarché français les stocks tournent en moyenne 10,5 fois, alors que dans un Wall-Mart de même tailleils tournent 25 fois"



Intel qui a mis en place un extranet en juillet 1998 avec 200 de ses clients dans le monde remplaçant les solutions EDI traditionnelles a vu une explosion de ses commandes électroniques avec plus d'un milliard de dollars par mois

3.3.2.2Un extranet: l'Intranet de l'entreprise étendue


On voit bien également qu'il n'y a pas de différence de nature entre un véritable Intranet et un extranet : la conduite de projet, l'exécution d'une commande ou d'un chantier, la négociation d'une affaire nécessite qu'un groupe de personnes travaille sur des dossiers communs en gérant des flux d'informations protégés d'interventions extérieures (projet de contrat, commande, ordonnancement, factures, paiements, …)

Parfois, mais rarement, ce groupe est strictement interne à l'entreprise et travaille au sein d'un Intranet, mais la plupart du temps l'équipe projet inclut client, partenaire, sous-traitant ou fournisseur et c'est un extranet : on peut dire que "l'extranet est l'Intranet de l'entreprise étendue" (

Pour les échanges par exemple entre la maison mère et une filiale on est d'ailleurs bien en peine de dire s'il s'agit d'Intranet ou d'extranet.

Valmet par exemple (www.valmet.com ) est une entreprise Finlandaise, leader mondial dans la construction de machine à papier.

Une telle machine (dont, pour la petite histoire, le contrôle de process écrit en JAVA depuis 1997, fabriquée sur mesure produit des bandes de papier larges de 4 mètres à plus de 100 km/h et coûte aujourd'hui plus d'un milliard de Francs.

Elle nécessite pour sa conception une coopération extrêmement étroite tant avec le client qu'avec les principaux sous-traitants (qui sont plusieurs centaines)

"Durant toute la négociation technique un extranet permet de faire fonctionner ensemble les bureaux d'étude de Valmet et de ses sous-traitants et de présenter virtuellement la machine en 3 dimensions au client (VRML).

Dans la phase suivante cet extranet permet d'organiser la production et d'assurer un suivi qualité particulièrement rigoureux.

Enfin, une fois livrée, il est possible si nécessaire de télé-opérer la machine à distance (la machine installée en Afrique du Sud est ainsi pilotable depuis Bordeaux à travers une liaison à très haut débit privée (car la machine émet 40.000 informations par seconde soit 10 fois plus qu'une fusée Ariane)" Jean-Louis Couffinhal Valmet Bordeaux.



Ceci ne veut pas dire que ces extranets (de même que les Intranets) utiliseront systématiquement à l' avenir les infrastructures publiques de l'internet : pour des raisons de garantie de débit et de sécurité certaines grandes entreprises continueront à préférer l'utilisation des réseaux spécialisés, évidemment payants, leur apportant des garanties sur ces plans.

3.3.2.3L'internet "classe affaire" et "classe tourisme"


On commence pour ces raisons à voir apparaître la notion d'Internet "classe affaire" en marge de l'Internet actuel que l'on pourrait baptiser Internet "classe tourisme" il existe actuellement de nombreux projets en ce sens, promus par IBM associé à 15 banques, (qui vient de le revendre à ATT) Général Electric, France Telecom, Deutch Telecom et Sprint avec Global One, Compuserve Network Service,...

La "réservation de ressource" (protocole RSVP) réserve des capacités à certains nœuds pour des paquets d'un certain type, le "routage différencié" permet de choisir pour les paquets identifiés un chemin privilégié plus rapide et le "routage de bout en bout" impose le trajet



Eric Benhamou, président de 3Com l'expliquait dans une récente interview aux Echos: " L'Internet demain ne sera plus égalitaire : quand on prend un avion, on peut choisir une place en stand-by : on paie très peu cher et on ne monte que s'il y a de la place. Ce modèle convient pour beaucoup de choses, par exemple pour mon courrier électronique, qui ne comporte pas d'urgence. Ensuite il y a un tarif où en est sûr d'avoir une place, même si le siège n'est pas très grand, et ainsi de suite jusqu'à la première classe. Le prix grimpe vite, bien sûr, mais le service est très défini. À chaque fois on sait ce que l'on paie. C'est comme cela que fonctionnera l'Internet. Il y aura toujours des services gratuits et beaucoup de payants, mais on saura exactement pourquoi on paie"

D'ors et déjà MCI, Telephonica, Telecom Italia et OtelO ont lancé des services à qualité de service plus élevé avec une tarification différenciée

La nouvelle norme IP (IP version 6 ou IPv6 www.ipv6.org) intègre


  • les routines de sécurisation IPsec (qui sont capables de fonctionner sans être bloques par les passerelles d'accès),

  • la réservation de bandes passantes

  • et l'attribution de champs de priorités qui permettra de s'affranchir encore davantage à l'avenir des réseaux propriétaires (mais en compensation la priorité sera très vraisemblablement elle aussi payante).

3.3.2.4Echange de données techniques "coingienering"


Avec Internet le transfert des données nécessaires à l'élaboration des produits devient rapide, peu onéreux, et s'effectue sous une forme directement "assimilable" par l'informatique du partenaire voire même par ses machines outils à commande numérique (éventuellement avec le concours de plates-formes assurant la transposition des fichiers de CAO d'un système à l'autre : Exemple : relations plasturgiste/mouliste)

D'après Jens Newman membre du directoire de Volkswagen, en couplant les économies sur les processus administratifs et sur la conception l'économie peut aller jusqu'à 3.650$ par véhicule



Alpha-c, voir page 131 petit groupe d'entreprises de mécanique dont nous avons déjà parlé www.alpha-c.com s'est brutalement aperçu qu'il allait perdre un de ses gros clients qui déplaçait ses activités aux Etats Unis.

Elle produisait pour lui des moules pour la fabrication de cannes de golf et les méthodes de travail classiques n'étaient, avec la distance, plus compatibles avec les délais.



L'interconnexion de ses bureaux d'études via internet avec ceux de son client a permis en travaillant de façon coopérative sur les fichiers de conception assistée par ordinateur (CAO) de faire chuter le temps de fabrication d'un moule de 1,5 mois à moins d'une semaine : le client a été conservé et il constitue maintenant une très utile référence

Fisher Rosemont (Cernay) http://www.frco.com/systems entreprise issue du rachat de plusieurs PME sur les 3 continents (frabrique en particulier vannes et compteurs): pour des pièces nécessitant la collaboration USA-France avec le bureau d'étude du fondeur, le temps nécessaire passe de 15 jours à 30 minutes (en économisant de surcrois un déplacement). Pour une pièce demandant une collaborationSingapour/US/Cernay le délai est passé de 3 semaines à 90 minutes

Lafarge Peinture www.lafarge-peintures.fr a développé un mini-extranet qui relie les machines à teinter de ses 250 revendeurs qui permet un accès direct a la banque de donnée des référentiels de couleur et de réaliser ainsi automatiquement et avec une grande finesse les mises à la teinte. Il est prévu d'ajouter beaucoup d'autres services à Colorsystem

Renault et Dassault expérimentent ces nouvelles méthodes mais son extension aux petits sous-traitants est aujourd'hui impossible à cause de l'étroitesse des bandes passantes et le coût des liaisons spécialisées à haut débit, ce qui limite l'utilisation aujourd'hui à l'Intranet

Cadence Design System qui a interfacé son produit avec Internet (I-Cadence) considère que cette capacité d'intégration des bureaux d'étude permettra de gagner 30% au minimum des coûts de développement

Nous avons également pu voir à Oakland en Californie une application, en cours de test, permettant à une PMI d'envoyer son programme de forgeage à un laboratoire, et de recevoir, en retour, le résultat de la simulation (autorisant ainsi une mise au point par itérations) &&us

3.3.2.5Suivi d'exécution des commandes, maintenance dépannage et service après - vente


Nous avons déjà examiné plus haut (voir page 102) les économies et les gains d'efficacité qu'internet permet pour le SAV (FAQ, gestion des e-mail, clubs d'utilisateurs, réduction des stocks de pièces détachées, personnalisation du service, formation des utilisateurs).

Internet permet également un suivi très précis de l'exécution de la commande d'abord au sein de l'entreprise puis, sans discontinuité, tout au long du processus de livraison : les grands logisticiens mondiaux (: Fedex http://www.fedex.com/ UPS http://www.ups.com/ DHL http://www.dhl.com/, …) offrent tous la possibilité de ce suivi "sans couture" voir page 216.

Dans l'entreprise Card channel à Poisat près de Grenoble www.cardvchannel.com  le client peut ainsi, à chaque instant suivre l'élaboration puis l'acheminement des produits qu'il a commandés en passant de façon transparente du site du fabricant à celui du transporteur.

Mais Internet fournit également un outil extrêmement précieux pour le technicien chargé du dépannage chez le client en lui apportant les éléments utiles pour faciliter son diagnostic et le guider dans la réparation.



  • Que ce soit pour du personnel de l'entreprise (nous dirons vu le cas d'Hervé Thermique avec son Intranet pour une large partie tourné vers cet objectif).

  • Que ce soit pour des sociétés de services ou des artisans appelés à intervenir à la suite d'une panne survenue à votre produit (ou à celui d'un de vos concurrents).

L'entreprise Cotherm à Vinay près de Grenoble (Isère) www.cotherm.com fabrique des thermostats : ces matériels de formes et de caractéristiques très diverses se trouvent dans de très nombreuses installations où elles sont chargées d'assurer des fonctions de régulation ou la sécurité.

Une des difficultés rencontrées par le technicien chargé de la réparation est d'identifier le modèle, d'en connaître les caractéristiques techniques et de savoir quel est aujourd'hui le modèle de thermostat susceptible d'assurer le remplacement en toute sécurité.

L'entreprise Cotherm a alors créé un petit site WEB présentant les photographies de tous les thermostats existants permettant de répondre ainsi aux besoins d'identification de la pièce défaillante et de proposer dans son catalogue le matériel idoine pour le remplacer.

Outre l'usage des deux services précédents, l'entreprise qui doit faire face à une panne peut rechercher une pièce ancienne qui n'est plus fabriquée (machines, moteurs, engins,.... ) ou faire appel à une compétence qu'elle ne sait pas où trouver

L'entreprise Valley Drive Systems www.rockford.com/vds, dans l'Illinois, fournit les "reconstructeurs" de voitures du monde entier, en trains avant qu'il reconditionne à partir de pièces d'occasion (en les dotant notamment de cages de roulement neuves) : pour les modèles anciens ou rares, il procède par appel d'offre sur le net (où répondent en particulier les casseurs de voitures

3.3.2.6L'animation des réseaux de prescripteurs, distributeurs, importateurs,...


Pour tous les produits techniques (électronique, colles,...) et notamment ceux qui posent des problèmes de sécurité ou d'environnement (médicaments, phytosanitaires,...) ou qui nécessitent de conseiller le client (parfum, cosmétique, produits de luxe) les prescripteurs et les distributeurs privilégient les marques qui leur offrent une assistance technique pointue pour leur permettre de mieux servir leurs clients

Sothys, entreprise Corrézienne de 110 personnes www.sothis.com , fabrique des produits de beauté dont les 2/3 sont exportés dans 60 pays. Elle vend ses produits à travers 60 importateurs-distributeurs et grâce aux prescriptions de 10 000 esthéticiennes. Son projet en cours de concrétisation vise à leur apporter une qualité d'information tant technique qu'esthétique : aujourd'hui papier et téléphone ne permettent pas d'atteindre cet objectif malgré un coût très élevé

3.3.2.7Sous traitance de l'immatériel,


Dans le domaine de la sous-traitance de l'immatériel : traductions (http://artinternet.fr ) comptabilité, formation, organisation des déplacements, Hot Line, marketing et accueil téléphonique, …Internet permet une "dé"-localisation au sens propre du terme (le soustraitant est "n'importe où) et non une "re"-localisation (le sous-traitant est installé à un autre endroit):

Saurons-nous par nos compétences capter, sur le marché mondial, le travail d'un niveau qualitatif correspondant au niveau de vie que nous souhaitons pour notre pays ?

Un point particulier mérite d’être évoqué tant de part son impact sur l’emploi et l’aménagement du territoire que par l’évolution des relations avec le client qu’il sous-tend : les centres d’appel (call centers)


3.3.2.8Les centres d’appel


Ils deviennent en effet un rouage essentiel dans la relation entre l’entreprise et son client : outre une éventuelle fonction de démarchage, ils apportent une nouvelle capacité  de service (conseil, dépannage) et une écoute précise des besoins ou insatisfactions.

La téléphonie IP avec les atouts techniques qu’elle apporte (outre l’abaissement drastique des coûts) est un des éléments de cette expansion : elle autorise le click & talk et une meilleure intégration téléphone /informatique.

En 1998 il y avait déjà, selon Datamonitor www.datamonitor.com, 11 000 centres en Europe pour 1000 000 de Téléopérateurs (7 millions aux USA).

Pour la France (100 000 opérateurs en 1999) PA Consulting prévoit 30 000 créations d’emploi par an (Banque, assurance, assistance technique, prise de commande hot lines informatiques, enquête d’opinion, dépannage automobile marketing téléphonique, centres de réservations, SAV,…..).

Ces métiers sont de plus en plus exigeants en terme de formation tant technique qu’humaine, mais par contre, à condition de pouvoir disposer d'une infrastructure de Telecom compétitive (bande passante, qualité, prix) ils ont une grande liberté de localisation.

L’Irlande et Amsterdam ont depuis longtemps joué cette carte avec succès.

En France Amiens essaie de jouer à fond cette carte avec la mise en place d’une université spécialisée montée en partenariat avec Matra Nortel (avec un certain succès puisqu’en 1 an elle a accueilli 8 plateaux (voda phone, kertel, et négociations en cours avec le crédit mutuel …. de Bretagne).

La région Picardie a en outre très intelligemment joué de sa position géographique (point de passage obligé entre le cœur de l'Europe et Paris) pour obtenir des nouveaux opérateurs, en échange de droits de passage (canaux,…), des bretelles d'accès à très haut débit à des tarifs très compétitifs

Lille, Poitiers et quelques autres villes jouent maintenant cette carte alors qu’il y a peu d’années encore nous avions pu constater que les régions en reconversion n’affichaient que mépris pour ce type d’activité

Dans le Nord Pas de Calais 14 centres d'appel, employant 4.680 personnes se s'étaient déjà installés fin 99

Ces centres d’appel ne sont bien entendus pas réservés aux grandes entreprises : sur le plateau du Vercors , un mini centre d’appel de 5 personnes travaille pour une petite agence de voyage parisienne &&w

la taille moyenne des centres d’appel devrait descendre de 57 postes en 97 à 16 en 2002 (étude 01 Réseau ) et les évolutions tant technologiques (possibilité de concevoir des réseaux de petits centre) que commerciales (nécessité de proximité culturelle du client : un accent de Strasbourg crée une distance dans la communication avec un client de Marseille) conduisent à penser que l'on s'oriente vers des centres de plus en plus petits.

Notons l'élection comme produit de l'année d'ETROG produit par la jeune entreprise française N-Soft www.n-soft.com par le magazine américain CTI Magazine, qui fait référence en la matière,

3.3.2.9Des partenaires incontournables: les administrations :


Les administrations et organismes publics ou parapublics sont des partenaires importants pour les entreprises à deux titres.
3.3.2.9.1Le poids des formalités administratives représente une charge non négligeable

La fiscalité, les assurances sociales, les contrôles au titre de l'urbanisme, de l'environnement ou de la sécurité, les besoins statistiques impliquent aujourd'hui pour les entreprises une lourde charge administrative (évaluée par le rapport Martin Lalande à plus d'un milliard de Francs par an).

Aujourd'hui progressivement, dans le cadre du PAGSI, la plupart des administrations commencent à offrir aux entreprises la possibilité d'accomplir toutes ces formalités via Internet.



Il y a là une source d'économie considérable qu'il convient de saisir.
3.3.2.9.2Une opportunité pour faire des économies et gagner en transparence: les marchés publics

Les administrations sont aussi des acteurs économiques majeurs avec plus de 750 milliards de francs d'achats annuels.

La mise en ligne progressive des appels d'offre (tant pour notre pays que pour les pays voisins) et la possibilité, en souscrivant un abonnement de recevoir automatiquement ceux qui correspondent à vos compétences est une nouvelle opportunité, notamment pour les petites entreprises qui n'avaient pas en général les moyens de surveiller les innombrables consultations pour de petits chantiers

DoubleTrade.com www.doubletrade.com qui a succédé début 2000 à: www.appels-offres.com

Marcheonline www.marcheonline.com du journal "le Moniteur" (Havas) les a rejoint début 2000.

Les petites entreprises qui souvent ne sont concernées que par un bordereau verraient leur travail très allégé car elles pourraient télécharger tout le cadre de leur réponse et il leur suffirait alors de compléter celui-ci par quelques chiffres.

Cette première phase ne présente aucune difficulté et aurait un fort effet d'entraînement

les dossiers techniques proprement dit, parfois lourds de plusieurs Kg pouvant éventuellement, tant que les débits du réseau restent ce qu'ils sont, être transmis par la poste sous forme d'un CD-ROM dont le prix de revient n'excède guère 1$. Quant aux frais d'envoi, hors main d'œuvre, le DoD a calculé qu'ils passent ainsi de 30 $ à 0,5 $.

Pour aller au-delà dans le domaine de la procédure, (remise en cause de la procédure de soumissions des propositions par "enveloppe cachetée") il est nécessaire de procéder à la mise à jour des textes légaux. Les travaux du Conseil d'Etat en 1998 www.internet.gouv.fr/francais/textesref/rapce98/accueil.htm ont permis de faire un grand pas en avant dans cette direction, reste à transcrire ces propositions dans une loi dont le principe a été annoncé à Hourtin en Août 99

Par contre rien n'empêche dès aujourd'hui d'offrir la possibilité aux entreprises d'assurer tout le suivi de l'exécution par EDI/TCP/IP, ce qui entraînerait pour tous des économies substantielles voir www.openbuy.org &w

toujours selon les estimations du DoD le coût de chacun des 14 états intermédiaires en moyenne nécessaires pour l'exécution d'une commande publique élémentaire passerait ainsi de 50 $ à 4 $.

Les projets en ce sens du ministère de l'équipement doivent être encouragés et l'équipement des DDE en micro-ordinateurs développé en conséquence (il s'agit là d'un investissement hautement rentable) : nous avons vu plus haut en particulier l'expérimentation en cours à Colmar

3.3.2.10Les pathologies des extranets: le syndrome du "territoire"


La plupart des pathologies observées découlent des approches en terme de "territoire". Bien souvent les concepteurs d'extranet cherchent à définir qui est dedans et qui est dehors, ce qui est une démarche qui ne peut que conduire à l'inefficacité (Global extranet par exemple)

En effet dans la vie réelle les équipes de projet (ou de chantier) évoluent dans le temps et changent à chaque projet. Par ailleurs, à l'inverse, il est bien clair que toutes les personnes de toutes les entreprises "membres" d'un tel extranet n'ont pas vocation à avoir accès à tout

Aussi, plutot que "d'un" extranet regroupant des entreprises (ou des personnes) convient-il de parler "d'outils d'extranet" qui permettent de gérer les droits (accès aux données en lecture ou en écriture, habilitation à prendre telle ou telle décision dans un processus,…)

Dans cette situation c'est chacun des dossiers ou des stades décisionnel d'un workflow qui doit "savoir" qui est autorisé à le consulter ou à l'activer



Un fonctionnement d'une communauté sur extranets c'est donc en fait un outil permettant

  • Une transmission et un stockage des informations de façon sécurisée (VPN, cryptage dur des données tant au niveau du stockage que du transport)

  • Une gestion dossier par dossier et processus de décision par processus de décision permettant de gérer les habilitation

  • Des outils d'administration

et une organisation avec un administrateur par projet chargé de cette gestion des droits

voir http://www.cgm.org/extranet.html et mioga www.mioga.org



Download 3.14 Mb.

Share with your friends:
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   45




The database is protected by copyright ©ininet.org 2020
send message

    Main page