Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard



Download 1.64 Mb.
Page20/36
Date06.08.2017
Size1.64 Mb.
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   36
Après, ça s'est passé comment le passage de l'Allemagne à la France. Tout à l'heure vous avez dit que c'était un peu problématique pour les papiers...
Oui bon, après que j'ai fini mes études d'informatique, déjà avant même que je finisse, j'ai fait un stage dans une société française qui avait une filiale là bas. Pendant le processus, ils m'ont recruté... puisqu'on m'avait déjà envoyé en mission comme consultant informatique dans une société française et allemande. Ils m'ont envoyé en mission en Allemagne et en France. Comme ils ont commencé par rencontrer des difficultés en Allemagne, bah ils m'avaient proposé en 2002 ma mutation en France et j'étais d'accord. Quand tu es muté, c'est pas comme quand tu es un étudiant togolais qui est là, qui veut aller faire ses études en France. (rires). J'avais tous les documents qu'il fallait. Entre temps j'avais fait ma demande de nationalité allemande qui m'a été accordée en 2000 ou 2001 je ne sais plus. Donc ça avait facilité un peu la mutation.
Donc là pour le moment, vous avez seulement la nationalité allemande ?
J'ai seulement la nationalité allemande. Mais je suis en train de faire une demande de nationalité franco-germanique. La nationalité togolaise, je l'ai rejetée parce que pour avoir la nationalité allemande il faut rejeter la nationalité togolaise, ils ont pas le système de double nationalité. J'ai du envoyer un dossier à l'ambassade en disant que voilà je rejette la nationalité togolaise, et ça a été fait. Donc officiellement je suis plus togolais, j'ai même pas le droit de porter un passeport togolais.
Ça ne vous a pas pesé ?
Non ça me pèse pas, je prends ça comment dire... je pense que c'est un peu inintelligent de la part des gens de décider ça, parce que tu peux pas enlever d'un être humain sa culture tu vois. Moi j'ai en moi la culture française, j'ai la culture togolaise, j'ai la culture germanique, ça je le revendique. J'ai acquis des bonnes choses de la culture allemande, des bonnes choses de la culture française, des bonnes choses de la culture togolaise. Maintenant dis moi, enlève ça, ça et prends ça. C'est pas intelligent. Mais comme c'est le système, il faut rejeter, je rejette. C'est comme si on me demandait... tu rejettes un document... c'est la procédure.
C'était simplement sur les papiers ?
C'était simplement sur les papiers. Comment est ce que je peux rejeter, c'est comme si on me demandait de rejeter maintenant la langue que je parle, le minan, je peux pas le rejeter, je peux pas dire je peux plus parler minan, non. Mais en même temps je comprends ceux qui ont décidé ça parce qu'ils doivent se dire, bon à un moment il faut faire un choix. Est ce que tu es allemand, est ce que tu es togolais ? Le choix est clair, je suis originaire de quelque part, j'ai vécu en Allemagne, j'ai acquis... je me suis intégré et je pense qu'à un moment donné tu te dis je suis d'ici aussi. Et le fait de vouloir acquérir la nationalité je pense, en outre le fait que ça t'évite aussi des tracasseries administratives, le but aussi c'est de dire je m'identifie à une communauté à laquelle je veux adhérer.
Quand vous êtes venu en France, vous étiez toujours marié ?
Oui, oui, oui, bien sûr.
Et toujours aujourd'hui ?
Oui. Ma femme est venue en 2003. Moi j'étais venu ici en 2002, et donc je rentrais à peu près toutes les deux semaines pour aller voir les enfants.
Parce que vous avez eu des enfants avec cette femme ?
Oui, trois enfants. Je voulais lui laisser le temps de réfléchir aussi, je voulais pas lui imposer le fait de devoir venir ici avec moi. Donc elle est venue plusieurs fois, et puis comme elle a senti... elle est venue passer des entretiens pour travailler ici comme infirmière. Donc la famille est venue me rejoindre en 2003.
Vous avez fait quel genre de professions depuis en France ? A chaque fois des missions ?
Depuis que je suis en France, j'ai travaillé pour le SS2i comme on les appelle, les sociétés de services informatiques. Bon suivant les missions et suivant tes compétences, ton profil intéresse les sociétés donc j'ai principalement travaillé dans le domaine informatique. Mais en même temps j'ai été dans des associations à but non lucratif parce que je ne veux pas réduire ma sphère de vie au monde informatique, au monde professionnel... y'a aussi d'autres choses à faire à part se concentrer sur son travail.
C'étaient des associations qui faisaient quoi ?
Dans le domaine humanitaire ou dans le domaine... j'ai par exemple milité aussi en Allemagne au SPD, ici j'ai adhéré au Parti Socialiste... c'est un cadre de réflexion sur la vie, sur tout... aussi de donner mon point de vue sur plein de choses, d'échanger... parce que les gens quand ils restent dans leur coin, ils ont pas forcément la meilleure approche, ils sont pas forcément objectifs dans leur analyse. Donc j'ai participé à plein de... et dire aussi, je ne vis pas que pour moi mais aussi pour les autres. Moi par rapport à ce que j'ai vécu, par rapport à ce que j'ai comme acquis, je peux aider les gens, je peux aider ceux qui sont moins lotis que moi, j'aime vraiment faire partie d'une communauté.
Donc c'étaient pas forcément des associations qui avaient un rapport avec l'Afrique, avec le Togo...
Non, pas forcément parce que je me dis je vais pas limiter mon champ à l'Afrique. Je viens de l'Afrique certes, mais tant que je ne vais pas vers les autres qui ne sont pas Africains, ils ne pourront pas apprendre des choses sur l'Afrique, sur là d'où je viens, c'est ça le truc. Si les Africains restent entre eux, les Français entre eux, les Allemands entre eux, bah il n'y aura plus d'échange, il faut bien qu'un Africain quitte le monde africain pour aller vers les Allemands pour leur apprendre un peu ce que c'est l'Afrique réellement, hein, à part les clichés et les a priori.
Donc finalement, en Allemagne et en France, vous vous sentiez bien intégré ?
Là, je me sens intégré. J'ai mes problèmes comme tout le monde, comme tout étranger. Même quand je suis chez moi, je suis étranger. Enfin chez moi, c'est où finalement ? Moi je sais pas. (rires.)
C'est où finalement ? (rires)
C'est quelque part entre les trois, quelque part entre l'Afrique, l'Europe, le monde francophone, le monde togolais...
Si je vous demande, vous vous sentez quoi, Africain, Européen, Français, Togolais...
Je me sens un être humain. C'est tout. Franchement ouais. En fait, ce qui est clair, d'abord, je peux pas le nier, je me sens français mais en même temps français ne signifie pas non africain, parce qu'on sait que la culture française ce n'est plus la culture pure pure pure pure blanche, c'est la France de toutes les couleurs. Donc j'appartiens à cette France là. Je me sens français et je me sens aussi germanique. J'ai acquis chez les Allemands une certaine mentalité, une certaine rigueur, une certaine façon d'appréhender les choses de la vie tu vois. Je peux pas nier cette partie là aussi. Et enfin, je me sens au dessus de tout ça un être humain. Je vois un être humain tomber dans la rue, je vais pas lui demander, avant de lui apporter mon aide, est ce que tu es Français ou tu es Allemand ou Espagnol ? Je vois un être humain tomber, je lui apporte mon aide, qu'il soit noir, vert ou violet quoi. C'est un peu ça.
On va quand même revenir un peu sur le Togo, même si vous êtes un mélange... (rires). Vous considérez quand même que vous avez une culture togolaise ?
(rires) Oui.
Concrètement, aujourd'hui, y'a des choses qui vous rattachent, dans la vie de tous les jours, à la culture togolaise ?
Non j'ai grandi au Togo, je ne suis pas né au Togo, je suis né au Mali. J'ai quand même grandi au Togo, j'ai passé des années merveilleuses là bas au Togo, j'ai grandi dans des conditions idéales, j'ai été à l'école, j'ai été bien soigné, j'ai bien mangé, j'ai bien grandi. Donc quelque part, quand une société t'a donné autant, c'est plus fort que toi, à un moment donné, tu veux donner en retour, donc moi je souhaite... ce qui me rattache au Togo c'est de voir des générations après moi vivre les mêmes choses que moi. C'est pour ça que ce qui m'affecte c'est quand je vois que les conditions ne sont plus les mêmes et que les gens ont beaucoup plus de difficultés aujourd'hui à vivre, à satisfaire leurs besoins, à aller à l'école... voilà c'est ça qui me rattache... c'est le sentiment de reconnaissance aussi. Si tout allait bien au Togo, je me dirais c'est bon, je vais me concentrer sur autre chose, j'apporterais mon aide plus aux Français, aux gens ici qui souffrent. Mais y'a une situation là bas qui ne correspond pas à mes attentes et à une certaine idée que je me fais, donc je me dis bah tiens, je vais aussi voir ce que je peux apporter comme aide, comme contribution. Même si c'est une goutte d'eau dans l'océan, je ne peux pas fonctionner autrement, je dois faire mon devoir d'homme.
Chez vous, y'a des choses qui vous rappellent le Togo ?
Bien sûr, j'ai un drapeau, je parle minan, j'ai des amis togolais, je les appelle, je parle le minan avec eux...
Quand vous êtes avec des Togolais vous ne parlez plus en français ?
Bien sûr, attends, je trouve ça tout à fait stupide de parler... y'a pas de mal à parler la langue de là où tu as grandi. Maintenant il me faut réapprendre le bambara... parce que ce que j'ai appris aussi c'est que quand tu parles aux gens dans leur langue, les choses se passent plus vite, on comprend mieux. Attends moi je vois pas à quoi ça sert de vouloir parler français à un Togolais. S'il peut parler ma langue, s'il peut parler le minan, parce qu'il y a des gens qui parlent le kabyé, le kotokoli et tout ça, je sais pas parler, dommage, j'aurais bien voulu... mais si j'ai quelqu'un en face de moi qui parle kotokoli et que je sais parler kotokoli avec lui et pas français. J'aime parler français hein. Je pense que c'est ça, si j'ai un arabe devant moi, je crois que je préférerais parler arabe avec lui, si j'ai un yougoslave, je parlerais yougoslave, c'est mieux, on comprend plus vite. Sauf si y'a des gens qui comprennent pas bien la langue du pays, par exemple y'a des Togolais qui comprennent pas bien le minan, bon bah je parle français. Enfin quand je dis le minan, ce n'est jamais le minan à 100%, c'est comme le créole, on mélange tout, y'a des mots français... Quand je parle minan, un éwé comprend. Mais c'est pas la même façon...
Et est ce que dans votre vie de tous les jours, vous vous tenez informé de ce qui se passe au Togo ?
Bien sûr. Chaque jour.
Comment ?
Par Internet surtout et puis j'appelle les gens là-bas. J'ai treize frères et sœurs et quand mon papa est décédé, je suis du coup devenu par la force des choses le chef de famille, il faut que je m'inquiète pour eux. Y'en a trois ici, j'en ai deux au Mali et le reste, il sont au Togo. Je me renseigne, je m'informe, comment ça va, tout ça, si je peux faire quelque chose, je le fais, si je peux pas, je peux pas, je suis pas Dieu hein. Je m'inquiète, je me renseigne, quand même.
Quand c'est de l'information par Internet, c'est par quel genre de sites ?
Bah y'a plein de sites, y'a Togocity, bon y'a aussi notre propre site, y'a Ici Lomé, y'a le Republic of Togo qui est le site officiel, y'a Diasto, y'a plein de sites, y'a Etiame.com, y'a un peu tout. Suivant les sites y'a des infos qu'on trouve ici et pas là, ça permet quand même d'avoir une petite idée qu'on complète après par les coups de fil sur le terrain pour savoir comment ça va. C'est un peu ça.
Et est ce que vous retournez au Togo ?
Bah j'y suis retourné la dernière fois en 2007. Quand mon papa est mort en 2005, j'ai pas pu y retourner. Donc là je ne sais pas quand je vais y retourner ? La fois d'avant c'était en 1999. Par contre en décembre, je vais aller au Mali. Donc quand même je vais en Afrique.
Et quand vous y retournez, vous faites quoi, vous allez voir qui ?
J'ai de la famille, je sors, je reviens sur les lieux... c'est comme un retour aux sources, voir aussi la vie des gens, voir si les choses ont évolué depuis, voir si l'état sanitaire, l'état des routes... si y'a eu des changements... et puis être un peu chez soi aussi. C'est comme si tu as plusieurs résidences, tu vas dans chacune d'elles selon les opportunités, et chaque fois t'es chez toi. Quand t'as une résidence secondaire en Bretagne, tu y vas, t'es chez toi, si t'en as une à Toulouse, t'es chez toi, une autre à Berlin, t'es chez toi. Ma résidence principale c'est ici, je suis chez moi. Et chaque fois c'est un peu ça.
Et quand vous y êtes retourné, à chaque fois ça s'est bien passé avec les gens qui étaient restés ?
Oui. Ça s'est bien passé, les gens sont heureux de te revoir, bon y'a aussi des attentes parce que les gens se disent... certains se disent si t'es en Europe, t'as tout ce qu'il faut, t'as des sous, t'as ça. En même temps y'en a d'autres qui attendent rien, qui attendent juste de te voir en vie, en bonne santé et que tu viennes les visiter.
Et justement, vous envoyez des sous au Togo ?
Ah bien sûr, ça c'est un devoir humanitaire. Ce n'est pas une question à poser.
C'est parce que c'est un devoir pour vous ou parce qu'il y a des attentes de l'autre coté ?
C'est un devoir puisque y'a quand même dans l'histoire de la diaspora mondiale, de tous ceux qui ont du quitter à un moment donné quitter leur pays pour aller ailleurs... la plupart du temps c'est pour des raisons politiques ou économiques... si au Togo y'avait une meilleure situation économique, je ne serais pas obligé d'envoyer de l'argent, tout du moins pas dans ces proportions, mais là je me sens obligé parce que depuis la coupure, la suppression des aides, la situation économique est devenue catastrophique. Donc toutes les familles qui ont des membres à l'étranger, elles ont bien vécu ou à peu près bien vécu grâce à cet apport financier. Donc la diaspora togolaise a quand même chaque année envoyé plus d'une centaine de millions d'euros, ce qui est même supérieur à l'aide au développement. Donc c'est un devoir. On va avoir des parents, parce que le système de retraite ça n'existe pas, qui sont là et qui doivent vivre... on va se dire non j'envoie pas parce que... tout le monde envoie, chacun ce qu'il peut. Moi j'envoie chaque mois.
Oui c'est régulier...
Oui, je reçois un salaire mensuel (rires), donc y'a une aide mensuelle.
Et c'est à qui, à votre mère, à vos frères et sœurs ?
Bah j'envoie à ma mère, j'envoie à mes frères et sœurs, au Mali et au Togo. J'envoie aussi à une association sur le terrain qui essaye de se débrouiller, je leur envoie aussi de temps en temps une aide d'appoint.
Et maintenant, en tant que Français, quel regard vous portez sur le Togo ?
J'ai eu la chance de me mêler un peu du monde politique togolais et français aussi un peu, je pense qu'on peut diviser la situation politique au Togo en deux parties, la partie au temps d'Eyadéma, le père, et la partie qui concerne son fils Faure, que j'ai eu la chance de rencontrer ici en 2007, je crois.
Quand vous dites que vous avez rencontré le monde politique c'est ici, en France ?
Oui, en militant dans cette association. Je rencontre régulièrement l'ambassadeur, j'ai rencontré le ministre de la coopération dernièrement. Bon, on échange. Mon regard il est, comment le dire.. critique mais pas négatif. Quand je les rencontre, je leur dis ce que je pense, ce qu'ils peuvent faire, et en même temps je sais que j'ai un regard un peu perfectionniste parce que je vis ici, je vois des rues qui sont propres, et tout ça, je vois des choses qui fonctionnent, donc je ne veux pas verser non plus trop dans l'utopie, faire des propositions qui sont réalisables et pas aller un peu trop vite en besogne. Je pense que par rapport au fils, au président actuel, y'a des choses qu'on peut faire, y'a plus de choses qu'on peut. Je pense que je suis impatient parce que je sens qu'il a les moyens, qu'il a les capacités et qu'il a aussi à sa disposition beaucoup de bonnes volontés pour pouvoir réaliser des choses mais que ça n'avance pas à la vitesse qu'on veut. Je pense qu'il pourrait aller plus vite, c'est pour ça que quand j'ai la chance de rencontrer les responsables politiques, je leur dis, les attentes sont grandes mais vous avancez pas assez vite. Je peux me tromper mais c'est ça l'impression que j'ai. Si je ramène ce regard aux attentes par exemple de la diaspora togolaise, par rapport à la diaspora malienne, à la diaspora sénégalaise ou à la diaspora béninoise, y'a des choses qui se font, qui ne sont pas faites en un jour mais qui se font... mais rapport à la diaspora togolaise, on a l'impression que c'est la léthargie totale, y'a rien qui bouge. Y'a beaucoup de promesses, y'a beaucoup de choses qui ont été dites mais au final, y'a rien de palpable. C'est ce que je leur dis chaque fois, je leur dis écoutez, vous avez promis ça, à un moment il faut pouvoir le faire, surtout que la diaspora togolaise envoie de l'argent, elle représente quand même un potentiel énorme, elle ne cherche pas à occuper le champ politique, le combat que mène la diaspora togolaise c'est pas pour être président de la République non, mais c'est pour pouvoir apporter sa contribution pour que le pays sorte de cette situation. Tu vois c'est ça le problème. Par rapport à la période où y'avait le père... moi j'ai vécu au Togo dans les années 1990, ma période jusqu'à l'université, je peux pas dire que j'ai beaucoup souffert, j'ai souffert de la dictature certes, dans les universités on pouvait pas toujours prononcer son nom ou faire des choses mais j'ai pas souffert, j'ai pas mal vécu, même si mon papa a été arrêté pour des raisons politiques, c'était pas ça quoi, enfin moi j'ai pas une impression de terreur et tout ça. Y'a des choses qui se sont passées oui. En même temps je pense qu'à ce moment quand y'avait le père, si y'avait eu une meilleure approche de la part de l'opposition togolaise, si elle avait eu beaucoup plus de sagesse à travailler avec le papa, je pense qu'il y aurait eu moins d'accrocs à cette période là. Bon maintenant, ce qui me préoccupe le plus c'est l'avenir des jeunes et de voir quelles dispositions sont prises ou vont être prises pour leur donner de l'espoir parce que l'enfer c'est aussi de ne pas avoir d'espoir, de ne pas espérer, de ne pas rêver. Moi j'ai eu la chance de rêver, je suis parti et tout ça. Mais y'a des jeunes qui sont sur le terrain et qui n'ont pas de parents ou qui n'ont pas de perspective, c'est pire que l'enfer. Donc je pense que sur ce point là, j'attends, j'attends que...
Du coup, le rôle de la diaspora c'est d'être à coté, d'apporter un appui, de favoriser le changement, mais pas... pas plus ?
Pas plus, parce que moi je considère que chaque organisation, chaque institution joue son rôle. Le rôle de la diaspora n'est pas d'aller faire un putsch et de prendre le pouvoir, ce n'est pas le rôle de la diaspora. En l'état actuel de la situation au Togo et compte tenu de ce qu'il y a eu comme vécu, parce qu'il faut pas oublier le fait qu'il fut un temps il avait des tensions, on a essayé de faire croire qu'il y avait des tensions entre le Nord et le Sud et tout ce qu'il y a eu dans la sous région, en Côte d'Ivoire, au Libéria, en Sierra Leone... Je pense qu'on est pas obligés de s'entretuer avant de se mettre à la table du dialogue, tu vois. On peut éviter ça. D'autant plus que les Togolais ne sont pas des gens... les gens sont des gens irraisonnables, ils savent pertinemment ce qu'il y a à faire et ils ont de la bonne volonté pour le faire, mais maintenant comment y arriver ? Bien sûr que y'a de l'impatience mais en même temps ça ne veut pas dire qu'il faille s'entretuer avant de se parler. De toutes les façons ça c'est incontournable. C'est pour ça que j'insiste moi chaque fois que je vois les gens qui sont au pouvoir, je leur dis écoutez, y'a une chance énorme, y'a une potentialité énorme. Pourquoi ne pas commencer ? On ne demande pas que d'ici cinq jours il y ait le niveau de développement au Togo qu'il y a en France. C'est pas ça le but du jeu. On demande le minimum. Le minimum c'est quoi ? Par exemple, quand j'ai rencontré le président Faure je lui ai rappelé que pendant sa campagne il parlait de la gratuité de l'enseignement, tu vois, ça c'est une mesure concrète, que ça soit Faure ou un autre président. Le but c'est que les gens qui sont pauvres ou qui n'ont pas les moyens puissent au moins faire éduquer leurs enfants. C'est ça mon combat et le combat de l'association. Que les gens, que les villages reculés ait un minimum droit à l'eau et à l'électricité, que les rues et les sentiers soient entretenus, que le paysan ait le minimum, c'est tout. C'est ça que le combat que mène la diaspora, c'est pas pour prendre le pouvoir. Prendre le pouvoir, c'est pour quoi faire ? Si les gens qui sont au pouvoir ont une oreille attentive et qu'ils sont prêts à prendre en compte les propositions, bah c'est que la partie est gagnée. Et quand les gens qui ont le pouvoir et qui sont en position de changer les choses ne le font c'est là quand qu'on commence à se poser des questions, à se dire tiens, mais qu'est ce qu'il y a ? Est ce qu'ils voient toute cette misère ?
Et qu'est ce qui vous a poussé vous à vous engager alors dans l'action de la diaspora ?
En fait, c'est le fait... parce que j'ai milité aussi dans le milieu togolais, en tant que membre et de me rendre qu'il y a une sorte de dictature de la pensée unique... parce qu'il y a des gens qui étaient dans le milieu et qui disaient voilà, nous avons l'habitude de penser comme ça, tu viens, tu te soumets à cette façon de penser.
Par exemple dans quel type d'association ?
Par exemple le CTR, j'ai milité dans le CTR, j'ai approché aussi l'UFC. Quand j'étais en Allemagne j'étais en contact avec l'UFC, quand je suis arrivé ici j'ai adhéré au CTR, j'avais des contacts au niveau de l'UFC. Mais ce que j'ai retrouvé là bas m'a sidéré. C'est à dire c'est comme si je retrouvais un peu le système un peu fermé, cloisonné, dédié à une soit disant élite pensante et tout ça, qui s'appropriait tous les rôles... mais vous allez où là ? On est tous Togolais ou quoi ? C'est pas pare que vous voulez qu'on pense comme ça que moi je suis obligé de penser comme ça, et c'est pas pour ça que ça fait de moi un renégat ou un non togolais. C'est à dire que si on accepte le principe que le débat intellectuel suppose qu'on ait des avis différents et bien allons dans le débat intellectuel, et ne nous limitons pas à, il faut tuer, il faut faire ci, il faut faire ça... Arrêtez ça. On ne peut pas régler la situation togolaise de cette façon. Et donc du moment on va arriver à se comprendre, avec certains Togolais qui étaient d'accord avec moi, écoutez, on va prendre une autre voix, qui n'est pas celle de tout le temps proférer des paroles menaçantes et non constructives. Et c'est pour ça qu'on a choisi de créer cette association, pour d'abord, parce qu'il s'agissait dans ces associations de traiter la France de tous les mots, moi je suis pas d'accord. Je suis pas du tout d'accord. Le français moyen il sait pas trop ce qu'il se passe à l'Elysée ni dans les circuits de la Françafrique. Le français moyen il est pas au courant. Quand j'approche le français moyen comme j'ai eu le moyen de le faire en 2005, je suis allé avec Amnesty International dans les lycées pour expliquer ce qui se passe au Togo, je leur ai montré les vidéos, y'a des urnes qui ont été volées. Je leur ai dit voilà ce qui se passez chez moi, voilà, c'est ça la démocratie chez moi, du moins... (rires)... ce qui consiste à gagner en bourrant les urnes. Mais ça ne veut pas dire que je vais encourager les gens à prendre les armes pour aller... tu vois... la violence moi je suis pas d'accord. Et en plus de ça, de bien faire la part des choses, le combat que nous menons, bien sûr ça touche le monde politique mais c'est pas un combat pour le pouvoir. Quand je rencontre le monde politique, je leur dis écoutez, vous pouvez faire ceci, ci ou ça, s'ils le font c'est bien pour que le Togo aille mieux. Mais en même temps je ne me bats pas pour être président ou pour être ministre. Je pense que la diaspora togolaise, elle a encore ce problème là, qu'elle n'arrive pas à trouver sa place comme les autres diasporas, parce qu'elle confond les choses. Moi j'ai l'habitude de dire aux gens, si vous voulez mener un combat politique au Togo, créez un parti politique. Mais le combat politique au sein de la diaspora, y'a des gens de toute tendance politique, pro-RPT, pro-UFC, pro-CAR, pro-tout ce que tu veux et en même temps on doit pouvoir travailler ensemble si on prend bien la place qui est la nôtre qui est de faire des propositions concrètes sur tous les plans, suivant les domaines de compétences qu'on a, d'apporter une aide concrète sur le terrain, si on peut on envoie des machines, on envoie de la compétence, de la technique et puis si on fait des approches aussi concrètes de développement. Et on laisse le politique au monde politique. Si on a des propositions on les fait, sinon on laisse. C'est ça que les gens ne veulent pas comprendre.


Download 1.64 Mb.

Share with your friends:
1   ...   16   17   18   19   20   21   22   23   ...   36




The database is protected by copyright ©ininet.org 2020
send message

    Main page