Pour chaque son un choix de 3 phonos comptines



Download 107.5 Kb.
Date28.01.2017
Size107.5 Kb.
Pour chaque son un choix de 3 phonos comptines
La phono comptine est une comptine dont le sujet est un phonème de la langue française. Elle le décrit en énumérant ses graphèmes. Sur le site « phonemus.fr », chacune des phonos comptines est accompagnée  d'un fichier MP3 pour l'aide à la récitation (respect du nombre de pieds).
http://www.ac-grenoble.fr/ecole/ugine.crest-cherel/Poesies/comptine.htm
http://www.ecole-primaire.org/module_peda/module_cp/html/langue/comptines.php
http://www.phonemus.fr/phonocomptines/phonocomptines.htm
Activités possibles : Différenciation - Entraînement ou révision lecture d’un son – Repérage des sons, des graphies – Apprentissage de comptines – Production de nouvelles phonos comptines – etc.
Un affichage correct de ce document nécessite la police alphonétique http://pointecole.free.fr/polices.html

[i]


Mistigris

Dans la nuit sans bruit,


la souris s’enfuit,
Mistigris s’ennuie.
Petit chat tout gris,
dort sur le tapis
et rêv' de Miny.

Titi ne veut pas aller au lit,


Enfin pas avant minuit.
Car dormir, c'est pas pour lui.
Enfin, c'est ce qu'il dit.
Il crie, se met en furie,
Menace de faire pipi au lit,
Car dormir, c'est pas pour lui.
Enfin, c'est ce qu'il dit.
De toute façon aujourd'hui,
C'est samedi,
Demain il dormira jusqu'à midi

Le i et son ami


Le i est parti,

Cet après-midi.

 

Il va à Paris,



Voir son seul ami.

 

Y, il s’écrit ;



Mais i, il se dit.

 

Un grand, un petit,



Ils sont réunis,

 

Pour faire du bruit,



Jusqu’au bout de la nuit.

[é]



Père Noël

Père Noël est passé


Tasse tasse de café
Père Noël est passé
Tasse de thé !
Père Noël est passé
Par la cheminée
Par les bois, par les prés
Ou par la télé.
Père Noël est passé :
Moi j'étais couché.

Monsieur Cyrano


A un horrible nez,
Même Pinocchio,
Pourrait se moquer.
Enorme, allongé, éclaté,
A la fois rond et carré.
Mais, osez vous moquer,
Et c'est à son épée,
Qu'il faudra s'excuser !

Hé, hé, hé !

 

Le É n’est pas très compliqué :



Un E et son accent penché

Qui suit le sens de la montée

Est bien le plus utilisé.

 

Mais on peut aussi combiner



Deux prénoms ou bien deux objets

En écrivant notre son ET

Avec un E et puis un T.

 

Les verbes s’amuser et chanter,



Quand ils ne sont pas conjugués,

S’écrivent aussi avec un ER

Que l’on ne doit pas oublier !


[è]

Dans la forêt
Dans la forêt lointaine
on entend la belette
elle chante à tue-tête
as-tu vu la baleine ?

Tu te moques de moi


lui répond le grand cerf
prends garde à ton derrière
fais attention à toi

Depuis la semaine dernière,


Ma mère fait une drôle de tête :

J'ai invité à une petite fête,


Un ogre, deux elfes et trois sorcières.
L'ogre a mangé mon petit frère,
Les elfes ont semé la tempête
Et les sorcières ont transformé mon père
En une sorte de petite bête.
Depuis la semaine dernière,
Ma mère fait une drôle de tête...
Mais faut toujours qu'elle exagère !

Quel trait pour le È

 

Tous les enfants au grand complet,



Ont bien sûr compris qu’en français,

Il y a le É et puis le È

Qu’en classe, on ne confond jamais.

 

Mais aujourd’hui on parle du È,



Avec le E de l’alphabet

Sur qui on place un petit trait

Comme le violon sous son archet.

 

Mais il y a d’autres petits traits



Comme accent à mettre sur le È :

C’est un chapeau, pas un bérêt !

Plutôt comme le toit d’un chalet.


[A a]


Abracadabra
abracadabra
abracadabra
le chat regarde le rat
et le rat s’en va
et le rat s’en va
abracadabra
c’est comme ça
abracadabra
c’est comme ça

.


Le marquis de Carabas,
Doit tout à son chat.
Et c'est pour cela,
Qu'à chaque repas,
Messire le chat,
Choisit son plat :
Un ragoût de rat !

Je suis le A  

 

 Bonjour, je suis le A.



J’ai bien deux pieds, mais pas de bras.

 

 Sur mes deux pieds, je tiens bien droit.



Dans une maison en forme de toit.

 

Dans certains mots, je viens trois fois,



Oui, par exemple dans : ananas.

 

Dans toutes les langues, je suis là.



En première place, l’alphabet m’a.

 

Et puis voilà, je suis le A.



[O o]


Bovosoco

Buvons un coup ma serpette est perdue


Stop !

Bovosoco mo sorpoto pordo


Mo lo mocho, mo lo mocho

Bovosoco mo sorpoto pordo


Mo lo mocho, o rovono.

Buvons un coup ma serpette est perdue

.

Trois chevaux se moquaient,


Des cornes d'un escargot.
Oh, comme ce n'est pas beau !
On dirait Quasimodo !
Disaient les animaux.
Mais un gros taureau,
Entendit les chevaux
Et sans le moindre mot
Les fit fuir au galop.

 

!



  

Nous sommes les trois O.

 

L’un tout rond, tout beau,



C’est la lettre O.

 

L’autre en deux morceaux :



Un A bien au chaud

Contre un U manchot.

 

E, A, U,c’est trop ?



Non, c’est rigolo !

Trois lettres pour faire O,

C’est ce qu’il nous faut.


[U]

Roudoudou

Roudoudou n’a pas de femme,


il en fait une avec sa canne,
il l’habille en feuille de chou,
voilà la femme de Roudoudou.

C’est tout !

Un escargot tout chaud,
Vit une souris verte
Qui courait dans l'herbe,
Jouant avec de l'huile,
Jouant avec de l'eau."
Cours, cours, Souris Verte,
Car faut être fou
Pour jouer ainsi "
Soupirait l'escargot !
L'insouciante n'écouta pas
Les conseils de l'escargot,
Et joua jusqu'au soir,
Avec de l'huile, Avec de l'eau.

Je les cherche partout

Mes lettres pour faire OU.

 

Sont-elles sous un caillou,



Ou cachées sous un chou ?

 

Ah ! Ça y est, je sais où !



Là ! juste en face de vous.

 

Le O chez le hibou,



Le U chez le coucou.

 

Il en faut deux, c’est tout,



Des lettres pour faire OU.




[u]


Lustucru

Dans la rue des trois couleurs:


bleu, blanc, rouge !
Dans la rue des trois couleurs:
bleu, blanc, rouge !
J'ai vu Turlututu
le père Lustucru,
j'ai vu Turlututu
le père Lustucru.

A bord de ma fusée


Je suis allé sur la lune.
J'en avais trouvé une
Un jour dans un musée.
J'ai fais le tour de l'Univers
J'ai vu Saturne et Jupiter
J'ai dépassé Uranus et Pluton
Et je suis revenu à la maison.
Sans mes lunettes de vue,

Que l’autre jour j’ai perdues,

Je ne peux plus lire mon U

Et les autres lettres non plus.

 

Mais aujourd’hui c’est le U



Que ma maîtresse a prévu.

Me voici tout dépourvu,

Quand pour lire, je suis l’élu.

 

« Maîtresse, ne soit pas déçu,



Sans lunette je ne sais plus,

Reconnaître une tortue

Ou juste la lettre U. »


[E F e]


Une souris

Une souris verte


qui courait dans l’herbe :
je l’attrape par la queue,
elle me mord en moins de deux !

Oh, maman !

Oh, maman ! J'ai mal au coeur,


vite un verre de liqueur,
c'est ma soeur qui m'a fait peur
dans la rue des trois couleurs. .

Un petit renard,


Qui avait le cafard,
Pleurait de tout son cœur,
Car il voulait une sœur.
On lui avait dit,
De regarder dans les fleurs.
Et depuis jeudi,
Il cueillait à toutes heures.
Si bien que le vendredi,
Il ne restait que deux fleurs :
Une rose et un chou-fleur !
Et devinez où il trouva sa sœur ?

« Et si on faisait un jeu ?

Dit le maître généreux.

- Oui, ce serait merveilleux !

Répondent les enfants heureux.

 

- Ce jeu est sur le son [e].



Et moi, tout ce que je veux

C’est savoir comment on peut

Écrire ce son malicieux.

 

L’un dit : juste avec un E !



- Bravo ! et avec deux ?

- Un E et un U, monsieur,

Dit un enfant très sérieux.

 

- Plus qu’un, c’est pas laborieux !



Dit le maître désireux.

- O, E, U fait le son [e]

Dit un enfant victorieux.


[C D]

Un lapin

Un lapin a pris le train


un matin
Deux lapins ont pris le train
un matin
Ils se tenaient par la main
en chantant un beau refrain
deux lapins ont pris le train un matin.

  

J'ai descendu dans mon jardin,


Pour y cueillir du romarin,
J'avais cueilli deux ou trois brins.
Un rossignol vint sur ma main,
Et voulut dire trois mots en latin,
Quand un petit lapin,
Hurla du fond du jardin :
" Gentil coq'licot, Mesdames,
Gentil coq'licot nouveau.
C'est bon, on l'connait ton refrain ! "

Carnaval, c’est demain !

 

Un gentil petit lapin



Fait sa valise ce matin

Car il va prendre le train

Pour aller chez Arlequin.

 

Carnaval, c’est demain !



Il va donc voir son copain,

Muni de son tambourin.

Ils vont danser, c’est certain !

 

Arlequin, toujours malin,



L’attend avec un festin,

Installé dans le jardin

Au cas où il aurait faim.

 

Dès que le petit lapin



Arrive chez Arlequin,

Ils se font un gros câlin,

Et là, se déguisent enfin.


[B]


Eléphant

Eléphant 

se balance sur un banc

dangereusement.

Crac !

Il dit à l'agent :


ce n’est pas méchant,
donne-moi du temps
pour coller le banc.

 
Dans ma classe,


Il n'y a plus d'enfants :
Des mutants ont pris leur place !
Solange et Alban,
N'ont plus de dents.
Clément marche en reculant,
Jean parle tout le temps,
André a son nez gluant,
Agnan, Sandrine et Gaétan,
Se battent tout le temps.
Dans ma classe,
Il n'y a plus d'enfants,
Des mutants ont pris leur place,
Crie ma maîtresse bien souvent !

De sa trompe l’éléphant

Faisait des sons étonnants

Qui plaisaient bien aux enfants,

Mais aussi à leurs parents.

 

Un matin, en se levant,



Plus un son malheureusement.

De sa trompe de géant,

N’en sortit plus que du vent.

 

Le médecin prit ses gants,



Y plongea la main dedans.

Il en sortit, en tirant,

Un gros son, l’un des plus grand !

 

Dans la trompe de l’éléphant



Etait coincé le son [an]

Qu’il avait tout spécialement

Fait pour les petits enfants.

[I]

Le reblochon

C'est un petit fromage


que j'avais ramassé
un petit vagabond
couché dans le fossé.

Je lui ai dit garçon


dis-moi quel est ton nom.
Sans façon, il répond
je suis le reblochon.

Il est parait-il un pont,


Où l'on danse, où l'on danse.
Il est parait-il un pont,
Où l'on danse, tout en rond.
Mon tonton m'a dit que sur ce pont,
Où l'on danse, où l'on danse,
Mon tonton m'a dit que sur ce pont,
On y chante une chanson.
Connaissez-vous cette chanson,
Que l'on chante, que l'on danse.
Connaissez-vous cette chanson,
Que l'on danse à Avignon ?

.

Dans la maison     du vieux son [I]



Nous découvrons       tant de façons

D’écrire ce son           comme une chanson :

 

- Un gai luron              joue, au violon,



Les quatre saisons,    à l’unisson

Pour les piétons          et les pigeons.

 

- Un jeune garçon       et son chaton



Font une maison         dans un carton

Plein de bonbons        comme provisions.

 

- Un gros dragon         est en prison.



C’est une leçon           pour dire pardon

Aux blancs moutons    faits de coton.






[J]


.

.
 Au pays des gorilles,

Il y a une petite fille

Qui cherche sa famille.

 

Au pays des gorilles,



La petite fille gentille

S’est tordue la cheville.

 

Au pays des gorilles,



Avec quelques brindilles,

Elle s’est fait des béquilles.

 

Au pays des gorilles,



Pas plus vite qu’une chenille,

Elle rejoint sa famille.






[wa]

Bonsoir


Bonsoir madame l'étoile
que faites-vous ce soir ?
Je vais peindre une toile
pour tous les enfants noirs

Il était une fois,


Un roi sans joie
Qui broyait du noir,
Du matin au soir.
Et dans son désespoir,
Il avait fait une loi :
Personne n'avait le droit
De montrer sa joie.
Un magicien traversant les bois,
Entendit l'histoire de ce roi
Et se présenta avec une oie
Aux portes du royaume.
D'une voix monotone,
Il dit au roi sans joie :
" Messire, je crois
Apporter avec moi
Un remède de joie. "
" Soit ! ", dit le roi,"
Je compte jusqu'à trois,
Et si je ne ris pas
Tu t'empoissonneras devant moi !
"Le magicien sauta sur le roi,
Arracha une plume de l'oie,
Et chatouilla les doigts
De pied du roi
Qui n'eut pas le choix
Et rit aux éclats

Autrefois.

 

Il paraîtrait que le son [wa]



Nous vienne tout droit du temps des rois,

Pas aussi vieux que les Gaulois

Mais au moins du temps d’autrefois.

 

A cette époque, les villageois



Tout aussi bien que les bourgeois

Utilisaient bien plus le [wa]

Que maintenant on ne l’emploie.

 

Ils n’avaient pas vraiment le choix,



Car ici, et au fond des bois,

Dans les jardins et sous les toits,

On ne parlait que le françois.

.



[wC]


Point de shampoing !

 

Pour mes cheveux, j’ai besoin



D’une bouteille de shampoing.

 

J’en cherche une dans tous les coins



Et dans les moindres recoins.

 

Je dois bien en prendre soin



Ou perdre mon embonpoint.

 

Au magasin du rond-point,



Il y en a, mais c’est trop loin !

 

Ce soir, je n’en aurai point ;



Point de shampoing dans mon poing.





[p]

Pomme d'Api

Pomme de reinette


et pomme d'api
petit tapis rouge

Pomme de reinette


et pomme d'api
petit tapis gris

Petit Poucet


Partit promener
Tout près de Paris.
Mais Paris,
N'est pas proche,
Et pour ne pas se perdre,
Il remplit ses poches,
De petites pierres.
Au bout de cent pas,
Un ogre l'attrapa,
Poucet s'échappa
Et partit en pleurant,
Voir son papa et sa maman.
La poupée

 

Il était une fois le P



Et son grand frère PP.

Ils étaient très dissipés

Car, tout le temps, se tapaient.

 

Leurs parents préoccupés



Leur offrir une poupée

Qui du bout de leur épée

Défendirent jusqu’au soupé.

 

Ils ne sont plus dissipés



Depuis qu’ils sont occupés.

Assis sur le canapé,

Ils dorlotent leur poupée.


[t]




Les marionnettes

Elles FONT, FONT, FONT...

les petites marionnettes !

Elles FONT, FONT, FONT...

trois petits tours

et puis s'en vont !

Une tortue toute verte,
Jouait de la trompette,
Du matin jusqu'au soir.
Un jour, le tamanoir,
Qui habitait tout près,
Et qui en avait assez,
Acheta une batterie,
Et joua toute la nuit.
La tortue toute verte,
Comprit aussitôt,
Jeta sa trompette,
Et s'acheta des castagnettes !
C'est pas trop tôt !

Maisonnette

 

Dans leur petite maisonnette



Les T sont au nombre de sept.

 

Un T qui dans la kitchenette,



Mijote une bonne recette.

 

Un T qui dort dans sa chambrette,



Ronflant tout au fond de sa couette.

 

Un T qui mange une tartelette



Dans l’une de ses bonnes cachettes.

 

Un T qui fait bien sa toilette



Se servant de la savonnette.

 

Un T qui pousse la brouette,



Vêtu d’une belle salopette.

 

Un T qui joue à la dînette



Avec bébé dans la poussette.

 

Un T qui repasse les chaussettes,



Les mouchoirs et les chemisettes.


[k]

Qui dit mieux ?

Un bouquet de chats bleus


un paquet d’oiseaux verts
qui dit mieux ?
Une quille au milieu
d’une quiche aux yeux verts
qui dit mieux ?
Un coquillage en feu
un skieur de travers
qui dit mieux ?
Moi, moi, moi,
dit le dessinateur
Un koala écoutait comme un sage,
Un kangourou revenant de voyage.
" En passant par Tokyo,
J'ai acheté un kimono.
J'ai aussi un kilt écossais,
Un masque camerounais,
Un costume d'eskimo,
Un chapeau de Mexico,
De la vodka de Moscou,
Et du café du Pérou. "
" Et qu'as-tu vu ? N'as-tu fait que des achats ? "
Demanda le koala.
Le kangourou fut gêné :
A courir les commerces, il n'avait rien visité.
Au cirque !

 

J’ai mis dans mon sac



Trois façons de faire [k]

Pour me rendre au cirque

Sans avoir le trac.

 

Jongler en musique,



Avec qui et le que,

Perché sur un kiosque,

C’est acrobatique !

 

Ca, cu, co en vrac,



Transformés en coq,

Au fond d’un hamac,

C’est vraiment magique !

 

Mon [k] élastique



Plait à mon public

Car il nous fabrique

Des sons poétiques !

.


[b]


L’histoire

L’histoire d’un bonhomme


assis sur un bol,
le bol dégringole,
le bonhomme s’envole
sur le toit de l’école,
ou l’histoire d’un crabe
assis sur un cube
de la femme à barbe...
Mon histoire est nulle !
Mes histoires sont nulles !

La Belle et la Bête,


Bras dessus, bras dessous,
Allaient de bal en fête,
Sans peur, ni tabou.
Ce n'est pas possible,
Quel couple horrible,
Et qu'il n'est pas beau,
Disaient les badauds.
Mais bras dessus, bras dessous,
La Belle et la bête,
Allaient de bal en fête,
Se faisant des bisous.

.
La famille des B

 

Mon papa est le grand B,



Celui qui est tout bombé

Comme les joues de bébé.

 

Ma maman est l’autre b



Dont seul le ventre est bombé

Parce qu’elle attend un bébé.

 

Et moi je suis le bébé,



Pour l’instant tout recourbé

Dans le ventr’de maman b ;

 

Un jour, je serai grand B



Et mon papa tout courbé,

N’aura plus que Maman b

Dans la famille des B.


[d]

Doudou

Doudou le dindon dodu


dort dans le jardin,
Doudou le dindon dodu
dort dans le jardin
Il a mangé la salade
les radis la marmelade
maintenant il est malade...
Doudou le dindon dodu
dort dans le jardin.

Depuis vendredi dernier,


J'ai un cochon dingue,
Qui dort jusqu'à midi,
Et adore la meringue.
Tout le monde le déteste,
Et le fuit comme la peste.
Il a mangé les salades,
Dans le jardin de pépé,
Puis il a dévoré,
A s'en rendre malade,
Les dentelles de mémé !

Les dés.


 

Les lettres ont eu une idée.

L’idée de jouer aux dés,

Pour s’aider à décider

Laquelle va escalader

L’alphabet tout inondé.

 

Parce qu’il faut vite vider,



Le bain qui va déborder.

A qui va-t-on demander ?

Qu’ont décidé les deux dés ?

Ce sera la lettre D !



[g]


La cigale et la gourmi

La cigale ayant ganté tout l'égué


Se trouga fort dépourgu
Quand la guise fut guenue.

La gourmi sa voiguine


s'en moga !

Un gai grillon anglais


Narguait un gros gorille grincheux
Et lui tira une longue langue.
Un alligator rigolait
De voir le gai grillon anglais
Narguer le gros gorille grincheux,
Et lui aussi, tira une longue langue.
Le gorille agrippa l'alligator par la gueule,
Et s'en servit de guirlande,
Pour décorer sa chambre.
L'alligator compris, mais trop tard,
Que ce qu'un grillon se permet,
Un alligator peut le regretter !

Mmmmmh ! Les bonnes mangues !

 

Les deux frères de la famille [g]



Sont montés dans la pirogue

Et pagaient vite, sans fatigue

Pour attraper de belles mangues.

 

Les deux frères impatients voguent



Contournant toutes les vagues,

En faisant de grands zig-zags.

Rendant la traversée longue.

 

1, 2, 3, 4, 5, 6 mangues



Pour Guy le premier frère des [g]

7, 8, 9, 10, 11, 12 mangues

Pour Gus, des deux le plus fougueux.


[f]


La fée des korrigans

La fée des korrigans


enfermée dans le menhir
fait fuir tous les passants
en criant qu’elle veut sortir
au secours je suis la fée
hurle-t-elle sans s’arrêter
personne ne l’entend
pas même les enfants
Un éléphant faisait le fanfaron,
Et criait fièrement
Aux animaux de la forêt.
" Je suis Eléphantomenon,
Le plus grand des pharaons.
"Sa femme l'entendit,
Et cria fermement :
" Eléphantomenon ferait mieux de rentrer,
Ses enfants ont faim,
Sa femme est fatiguée,
Et il doit faire le repas ! "
Qui est le chef ?

 

« C’est moi votre chef !



Annonce le F.

 

-Tu n’es qu’un sous-chef !



Lui répond FF.

 

-C’est MOI votre chef !



Recommence le F. »

 

Mais voilà le chef,



Rentrant dans son fief.

 

Il est sans grief



Pour le petit F.

 

« C’EST MOI VOTRE CHEF ! »



Dit PH, très bref.


[s]

Une souris

Une souris serte


qui sourait dans l’herse :
je l’attrasse par la seue,
elle me sord en soins de seux ! .

Au fond de la classe,


Deux seaux se moquaient d'une scie,
En lui donnant des sobriquets :
" Scie terne ! Scie tron ! Scie trouille ! "
Disait l'un.
" Scie rêne ! Scie zoo ! Scie néma ! "
Disait l'autre.
La maîtresse en eût assez et leur dit :
" Cisse et Sisson, vous êtes des polissons.
Et vous aurez une punition.
"Le seau Cisse et le seau Cisson,
Furent privés de récréation.

Noblesse


 

Le son [s]  est une forteresse

Où y vit toute la noblesse.

 

Il y a  d’abord les duchesses



Qui se montrent sous la forme d’un S.

 

Puis par deux viennent les comtesses



C’est bien sûr les deux lettres S.

 

Les méchantes ce sont les ogresses



C’est le C qui fait leur faciès.

 

Heureusement  il y a la princesse,



C cédille majestueuse altesse.

 

Finalement,  c’est une richesse



Tant de lettres pour une seule espèce.


[H]


Choupinette

Le menton en galoche


et les yeux sur des poches
UN NEZ ROUGE
Des oreilles en choux-fleurs
des cheveux qui font peur
UN NEZ ROUGE
Des dents bleues des joues vertes
la bouche toujours ouverte
UN NEZ ROUGE

Choupinette est une belle


au nez rouge qui bouge

Choupinette est une belle


au nez rouge qui bouge

Un vache qui mâche,


C'est pas du tout louche.
Une vache se couche,
C'est encore moins louche.
Une vache sans mouche,
C'est un peu louche.
Une vache se douche,
C'est plutôt louche.
Une vache se mouche,
C'est très très louche.
Mais une vache sans bouche,
C'est un peu vache !

Avalan-che !

 

Aujourd’hui, c’est diman-che,



Sur la montagne blan-che,

Où une grosse avalan-che,

A recouvert le son [H].

 

N’est sorti que le (a)-H,



Qui maintenant se fâ-che,

Parce que son C se ca-che.

Sans lui il ne peut faire [H].

 

Il faut donc qu’il le cher-che



Et qu’il se dépê-che.

Qu’il cherche avec sa pio-che

Son ami pour faire le [H].





[v]

Vous

Vous souvenez-vous


du premier rendez-vous ?
Il y avait Lise et Valérie,
Raymond, Hervé et Virginie,
le chat Victor,
le chien Médor
et qui encore ?

Sur mon bateau à voiles,


J'ai visité la Terre,
Et navigant aux étoiles,
Traversé mille mers.
J'ai vu des villes immenses,
De vieux villages oubliés,
Puis revenu dans ma famille,
Avec des souvenirs gravés à jamais.
Les corvées

 

Ah le pauvre V !



Encore des corvées !

 

Il doit lessiver



Le sol délavé.

 

Et puis raviver



Les vélos crevés.

 

Il doit rénover



Tous les vieux pavés.

 

Et puis élever



Les poussins couvés.

 

Il est énervé



Mais va y arriver.

 

Ah ce pauvre V !



Et toutes ses corvées.


[z]


Au zoo

J'ai vu au zoo des zanimaux


une zirafe, un zéléphant,
des zaraignées, des zours zéants...
Ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai, ce n'est pas vrai !
Et même un zèbre, un chimpanzé,
une gazelle et deux zébus,
quelques visons et deux bisons,
un bel oiseau
qui s'est posé
sur mon chapeau.
Oui, ça c'est vrai !

Un zèbre faisait le zouave,


Au milieu d'un zoo :
Il zigzaguait et amusait
Les autres animaux.
Un zébu zélé
Chargé de la sécurité,
S'approcha doucement
Et dit en zézayant :
" Ze ne trouve pas cela rigolo !
Ze croit, ser ami,
Que le zeu a suffit.
Les zozos et les zigotos,
N'ont pas leur place au zoo. "
" Dé... hic ! ...désolé ! ",
Répondit le zèbre,
" Hic ! Je crois... hic !... que j'ai trop fêté...
Mon... hic !... anni... hic !...versaire ! "

Victoire !

 

Avec son maillot onze,



Il a gagné le bronze.

C’est la médaille du son [z].

 

C’est une victoire française,



Qu’il a eu à son aise,

Sur fond de Marseillaise.

 

La lettre S, heureuse



Et sa sœur, Z joyeuse

Sont toutes deux glorieuses.

 

Ce sont les lettres du son [z].



[j]

Orange rouge

Dans le ciel étrange,


une rouge orange,
petite groseille,
ressemble au soleil.

Je la prends, la mange


et puis je la change,
quand je me réveille,
ce n'est plus pareil.

Ce n'était qu'un songe,


un petit mensonge !

Une jeune girafe regardait


Ses jambes et gémissait :
" J'ai les genoux trop gros,
Et les jambes trop longues,
Puis ce jaune n'est pas très beau,
Et jamais à la mode.
"Un escargot qui regardait
La jolie girafe,
Lui dit gentiment :
" Moi, je veux bien tes jambes.
Je te les échange contre la mienne ! "

C’est un peu comme un Jeu.


C’est tout à fait avantageux

D’avoir deux lettres pour le son [j].


En fait, c’est un peu comme un jeu

Où l’on peut faire le son [j].


Avec G, E pour orageux

Ou bien J, E pour le mot jeu.


Il suffit d’être courageux

Quand on travaille sur le son [j].



[l]


La lune et le soleil

Le soleil a rendez-vous avec la lune,


mais la lune n'est pas là,
et le soleil attend...
La chanson que voilà,
je l'entends tous les soirs
dans le salon de grand-papa !

Lili, la libellule bleu,


Volait lentement près d'un lac,
Quand elle vit, non loin de là,
Un lapin blanc
Qui lisait son journal.
Hé, Lapin, que lis-tu ?demanda la libellule.
Je lis les nouvelles,
Grommela le Lapin
Qui voulait rester tranquille.
Et que disent-elle ?
Insista Lili.
Qu'un Lapin blanc,
Mange des libellules bleues,
Hurla-t-il !

 

La boucle du L


Qu’il est grand le L
Qu’elle est longue et belle,

La boucle du L.


Avec deux d’entre-elles

Ou avec un L,

Ballon, bol ou pelle

Ont besoin de L

Pour faire l’arc-en-ciel

Des mots avec L.






[r]

Sans me voir

Dans la mare aux canards
j'ai vu deux tétards
qui jouaient de la guitare
sans me voir.

Sur le bord du ruisseau


j'ai vu deux roseaux
qui jouaient du pipeau
sans me voir.

Et tout près de la tour


j'ai vu un troubadour
qui jouait du tambour
sans me voir.

Derrière ce rideau,


Se trouve un trésor,
Plus brillant que l'argent,
Plus rare que l'or.
Je suis riche comme roi,
Depuis avant-hier,
C'était mercredi soir,
Qu'est né mon petit frère.
Un R ou deux R ?
Quand on est un R,

On ne peut pas faire

Les choses à l’envers.
Un R dans « se taire »,

Deux R dans « la terre. »


Un R dans « tout vert »,

Deux R dans « mon verre. »


Un R dans « mon père »

Et un dans « ma mère. »


Deux R dans « pierre »

Et deux dans « tonnerre. »


Un R ou deux R ?

C’est un grand mystère..



[m]


Mistigris

Mistigris Minou Minet


le petit chat de ma marraine
Mistigris Minou Minet
attend sur
le grand mur
Missouri Minie Menue
la souris bleue qui se promène
sur le mur...

Un pain de mie sans ami,


Mit sa mie dans sa main,
Pour se faire ami-ami,
Avec une pie de Miami.
Mais la pie prit la mie,
Et repartit à Miami,
Sans se faire ami-ami,
Avec le pain sans ami
Dont la main était en miettes !

Pauvre M !

 

L’alphabet a un problème :



Il vient de perdre son M,

La lettre qui est en treizième.

 

Est-il tombé dans la crème ?



Ou, peut-être, a-t-il la flemme

De rejoindre les lettres qu’il aime ?

 

Chantons lui un requiem



A ce pauvre petit M,

Ou alors juste un poème

Pour qu’il revienne, quand même !


[n]


Nicole et Nicolas

Nicole et Nicolas


nagent et nagent et se noient
arrive la sirène
qui les sauve de là

Ne le dis pas à papa


ne le dis pas à maman
ils ne seraient pas contents
on devait rester là

Blanche Neige a des ennuis


Les 7 nains ne veulent plus travailler
Toute le journée,
Ils restent sur le canapé,
Et regardent les dessins animés.
" Non de non ! " hurla-t-elle."
J'en ai assez de vos sales manières ! "
Elle mit Simplet aux cuisines,
Prof devant les machines,
Timide au nettoyage,
Et les autres au jardinage.
Kilomètres par centaines.

 

Toute la semaine,



Le vieux capitaine,

A cherché le N,

A dos de baleine,

 

Sur les terres lointaines :



Les américaines,

Les européennes,

Puis les africaines.

 

Ce n’est pas la peine !



Il n’ y a pas de N,

Ailleurs qu’à Cayenne

Chez le capitaine.

.


[G]

Mais qui donc gagnera ?

Le lièvre et la tortue


la tortue a gagné
du cygne ou du lama
mais qui donc gagnera ?
Le rossignol attend
en mangeant des châtaignes
le cygne est sur l'étang
où le lama se baigne.

Une petite araignée


Si joli mignonne,
S'est posée sur mon poignet,
Et s'est mis à chanter :
" J'aiiiiiiime la campaaaaagne,
Pluuuuus que la montaaaaaagne,
Et avec ma compaaaaaaagne,
On mange des lasaaaaagnes...
"SCRATCH !
J'aime pas les araignées !
Un grand voyageur

 

Il a visité la Bretagne,



A bien apprécié la Champagne,

Est descendu sur la Bourgogne

Pour se promener dans les vignes.

 

Puis plus au sud, dans la montagne,



Sur la neige, d’une seule ligne,

Il a skié d’une allure digne

Tout droit vers la verte campagne,

 

Où il a fallut qu’il se baigne,



Tenté par le lac des cygnes.

 

C’est un solitaire sans enseigne.



C’est un grand voyageur ce son [G].

Préparé par Jacques FRASCHINI Ecole Banvoie CHALIGNY papa.jack@wanadoo.fr





Download 107.5 Kb.

Share with your friends:




The database is protected by copyright ©ininet.org 2020
send message

    Main page