Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie Ministère délégué à l'Industrie


Typologie des entreprises dont on peut considérer la création comme directement liée au développement de l’Internet



Download 4.87 Mb.
Page55/76
Date07.08.2017
Size4.87 Mb.
1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   ...   76

7.2Typologie des entreprises dont on peut considérer la création comme directement liée au développement de l’Internet


D'après une nomenclature esquissée par Jacques Dondoux lorsqu'il était Secrétaire d'État au commerce extérieur

7.2.1.1Les "Chercheurs d'or" : Entreprises exploitant l’internet pour développer leurs activités


VPC (Wallmart, les trois Suisses, Wattel…), publicité (doubleclic), éditeurs (Cylibris, 00h00, les Echos,…), intermédiaires financiers (e-trade, Datek, Fimatex, Zebank…), fédérateurs de communautés (relais & châteaux,…), ventes aux enchères (Onsale, Degrifftour,…), bourses et places de marché virtuels (business-angel.com,…), nouveaux intermédiaires comme les fédérateurs de communautés (type autobytel, springstreet.com ou vitrail de France), petites annonces (monster,..), galeries marchandes, vendeurs de fichiers, centre d’appel, “pousseurs d’informations” push (Qwam,…),…

7.2.1.2Les "fabricants de pelles et de pioches" créent les outils exploitant les potentialités de l'Internet


Jusqu'à l'an dernier, certains s'interrogeaient pour savoir si comme lors de la ruée vers l'or du siècle dernier, ce ne seraient pas les seuls à faire véritablement des bénéfices

Sont concernés les logiciels de création de boutiques (intershop,…), de paiement électronique (Shop@ccess,…), d'intelligence économique (arisem,…), de cryptage (Beauzamy, Matra,…), les agents intelligents, les moteurs de recherche (voilà, altavista,…), les jeux (Atari,…), les CD ROM, les catalogues intelligents, les outils de formation (placeware), la téléphonie IP (applio,…),les portails (nomade) le « click&talk », la recherche de données , le  data mining » (Umap,…), le« groupware », la visualisation 3D, l’EDI, les formulaires électroniques (Systemia,…), la messagerie (eudora,…), le traitement d’image (corel,…), la traduction automatique (Systran,…), la cartographie, les cartes à puce (gemplus,…), les modems (olitec,…), les routeurs (cisco,…), ...



Mais n'oublions pas que pelles et pioches ont des marchés beaucoup plus importants dans le BTP et le jardinage que dans la recherche de l'or!!

Cisco rappelle que les "dot.com" ne représentent que 4% de son chiffre d'affaire

7.2.1.3Les "Maréchaux-Ferrants" : Entreprises de service Internet


Fournisseurs d'accès, SSII, hébergeurs, tiers de confiance (Afaq, verisign,..), faiseurs de Web, sécurité, animateurs de communautés virtuelles (multimania,…)..

7.2.1.4"Shérifs, Saloon et banquiers" : Entreprises n’utilisant pas nécessairement Internet mais créées à partir des nouveaux besoins qu’il génère


Logistique, Business Angels (Leonardo Partners, Apollo Invest…), revues spécialisées, formation, cabinets de conseil, distributeurs, avocats (notamment en propriété intellectuelle et négociations de rachat), organisateurs de salons....

Mais aussi les despérados et les "croque-morts" : Bid for Asset www.bid4asset.com et www.startupfailure.com


7.3Les difficultés à surmonter pour accroitre le nombre de création d'entreprises

7.3.1.1Aujourd'hui paradoxalement les mieux formés sont les moins créateurs


Le rapport réalisé par Robert Chabbal, Jacques Béranger et Fabrice Dambrine, récemment remis au ministre www.cgm.org/chabbal/entrepreneur/entrepreneur.pdf, a mis en évidence trois points qui nous interpellent fortement:

1 - aujourd'hui, , les diplômés des grandes écoles d'ingénieurs créent deux fois moins d'entreprise que la moyenne des Français

Ceci n'est pas le cas pour leurs homologues anglo-saxons

Depuis l'année 2000 on peut cependant observer une rupture dans les comportements:

le mythe de la sécurité de l'emploi dans les grands groupes ayant vécu, la création d'entreprise a un attrait nouveau.

Les opportunités présentées par les NTIC, (auxquelles ils sont particulièrement bien préparés), joints aux séjours à l'étranger qui leur permettent de prendre des idées qui ne sont pas encore développées en France leur fournissent l'occasion du passage à l'acte, ce que de plus en plus les Grandes Ecoles encouragent et facilitent

2 - l'expérience de ces pays montre que, si des qualités de caractère sont indispensables pour réussir une création d'entreprise, le métier d'entrepreneur est un métier qui s'enseigne

3 - devenir entrepreneur est aujourd'hui un projet professionnel qui a un sens

7.3.1.2Le contexte culturel est très important : le rôle des médias


D'après Jacques Marseille professeur à Paris I seulement 1,8% des Français sont impliqués dans le démarrage d'entreprises nouvelles contre 8,5% aux USA

Les médias jouent un rôle clé pour la sensibilisation des jeunes à la création d'entreprises et la valorisation de l'entrepreneur

Les années 1999 et 2000 ont connu de très positives évolution dans ces domaines avec de nombreuses émissions sur les success stories de la nouvelle économie: ces initiatives ont sans aucun doute joué un rôle très positif dans le très fort développement des créations d'entreprises Internet en 2000.

Espérons que l'élan ainsi créé ne retombera pas avec le retour d'un temps moins facile


7.3.1.3Il dépend également de la reconnaissance sociale du créateur qui est aujourd'hui tenté de s'expatrier


«j'ai été invitée à parler à la Maison-Blanche » souligne Tara Lemmey, créatrice de Narrowline (place de marché électronique pour la publicité sur Internet) :

Aux États-Unis les créateurs d'entreprise sont considérés comme des héros. Les sociétés européennes ne leur donnent pas une place suffisamment prestigieuse de leur imaginaire collectif

L'expression même de "porteur de projet" est considéré par Michel Garcin comme la négation même de celle d'entrepreneur,

"Ce qui est important pour le créateur c'est le contexte culturel. Ce qui est épuisant pour le créateur, c'est davantage de vaincre le septicisme ambiant que les procédures administratives comptables ou juridique" Eric Boissac, HEC, créateur d'entreprise dans une lettre aux Echos

"ici ce ne sont pas les banquiers ou les hommes politiques qui sont des stars, mais les Pdg. C'est leur réussite qui donne aux autres l'envie d'essayer à leur tour" Eric Archambault fondateur aux US de Datamind www.datamindcorp.com et désormais Business Angel interviewé par M.D. Boulet

L’idée de la création d’entreprise vient d’abord d’exemples vécus par des personnes relativement proches du créateur. Pour beaucoup de créateurs dans les NTIC, les stages ou les séjours effectués en fin de scolarité aux Etats Unis et notamment dans la Silicon Valley ont été décisifs

C'est le cas de Michel Meyer créateur de Multimania www.multimania.fr Fabrice Grinda fondateur d'Aucland www.aucland.com ou de Grégory Salinger cofondateur de ChateauOnline http://www.chateau-online.fr par exemple

Il en va de même pour les business angel: un des principaux réseaux, l'association Léonardo a été créée au départ par des anciens de Stanford

Cette reconnaissance de l'utilité sociale du créateur doit évidemment trouver sa traduction sur le plan de la fiscalité appliquée à la jeune entreprise (et aux personnes qui prennent le risque de la financer) ainsi que sur le plan des contraintes administratives qui pèsent sur elle



Certains considèrent que les insuffisances de notre système fiscal et financier dans ce domaine étaient une des raisons majeures qui ont conduit des dizaines de milliers de Français à s'expatrier en Californie et plus encore en Angleterre: si chacun d'eux créait seulement 5 emplois.....

En effet nos compatriotes quand ils s'expatrient réussissent plutôt bien : l'association 2010 que nous avons précédemment citée et qui regroupe des français ayant créé leur entreprise en Californie avec succès en sont le vivant témoignage



Didier Moretti, jeune polytechnicien, a créé en 1997 d'Annuncio www.annuncio.com qui automatise les campagnes marketing par internet et il a levé 7 millions de dollars en 2000 pour financer son développement

Laurent Massa a créé Xoom.com https://www.2alpha.com/store un "infomédiaire" (voir page 223 ) qui regroupait 7 millions de personnes dans sa communauté et qu'il a revendu à NBCi 1,5 Milliard de dollars en 1999 et qui a pris la présidence de CGtime en levant 8M$ en mai 2001

Alain Rossman polytechnicien également qui est à l'origine du protocole Wap: Phone.com dont la valeur a atteint 2000, 17 Milliards de $ en 2000

Jérôme Rota Montpelliérain de la Silicon Valley est l'inventeur du format de compression vidéo DivX le plus performant actuellement qui offre la possibilité de transférer des films via internet comme aujourd'hui la musique avec MP, ce qui risque de bouleverser l'économie de ce secteur

Eric Benhamou, Gadzart, patron de 3Com puis de Palm, et père du fameux Palm Pilot est une des star de la Silicon Valley: son entreprise a valu jusqu'à 100 milliards de $

Pierre Omidyar créateur de eBay fait aussi parti de ceux qui ont apporté au commerce électronique un concept nouveau majeur: valeur début 2000: 24 Milliards de $, juin 2001, 19 Milliards

Bernard Liautaud , créateur de Business Object valeur 2 Milliards de $ en juin 2002

Jean-louis Gassé créateur de Be inc dont le B OS était un challenger de microsoft (racheté par Palm)

Pierre Achach inventeur des loteries gratuites Luckysurf.com est classé parmi les 20 sites les plus visités du monde

Eric Brewer et Paul Gautier ont créé Inktomi, le moteur utilisé par AOL, Yahoo!, Microsoft et 40% des portails faisant appel à un moteur et leur entreprise valait 15 milliards de $ en 2001

Grégoire Sentilhes est de DG de screaming Media

La capitalisation cumulée de ces seules 9 start-up a dépassé les 150 Milliards de dollars en l'an 2000!

Il en est de même de ceux qui ont choisi la Grande Bretagne et qui se sont regroupés dans l'association "la France Libre …d'Entreprendre" www.francelibre.org)


7.3.1.4Outre-Atlantique il est valorisant d'avoir créé une entreprise, même si l'aventure s'est terminée par un échec et ce n'est malheureusement pas encore le cas chez nous


« Aux USA, les échecs antérieurs sont considérés comme des expériences enrichissantes et non comme des stigmates honteux » (Aspen mars 98)

une des légendes du capitalisme américain, Frank Mars avant de créer un colosse de l'agroalimentaire a fait 3 fois faillite…

La peur de l’échec avec 46% des réponses, est d'après une étude menée en mai 2001 par le Boston Consulting Group auprès de 500 décideurs européens le principal obstacle à la création d’entreprise, (ou plus exactement, la peur des conditions qui sont faites par la suite à un entrepreneur ayant essuyé un premier échec).

"en France celui qui échoue est condamné; celui qui réussit est jalousé" Pierre Haren, co-fondateur d'Ilog www.ilog.fr

"la beauté du système ici, c'est que quand vous vous êtes planté, vous êtes perçu comme ayant acquis une expérience" Jean-Louis Gassé fondateur de Be Inc

Aussi saluons l'initiative du club "Re-Créer" www.re-creer.com lancé en juin 2001 par Hervé Lecesne et Maurice Meyara et qui compte déjà une centaine de membres



Download 4.87 Mb.

Share with your friends:
1   ...   51   52   53   54   55   56   57   58   ...   76




The database is protected by copyright ©ininet.org 2020
send message

    Main page